Plus de “coming out“, moins de stress pour les homosexuels

Afficher publiquement son orientation sexuelle quand on est homosexuel aurait un impact positif sur la santé mentale : c'est la principale conclusion d'une étude universitaire menée à Montréal. Les chercheurs du Centre d'études sur le stress humain, affilié à l'Université de Montréal, ont fait passer des tests biologiques et psychologiques à des gais et des hétérosexuels. Une étude unique en son genre nous dit notre correspondante Catherine François.

dans
Plus de “coming out“, moins de stress pour les homosexuels

Sur le même thème