Polygamie légalisée au Kenya : le monde selon les hommes

Uhuru Kenyatta, président kenyan, ici avec son homologue ougandais. Il ne fait pas bon être femme ou homosexuel dans ces deux pays...
Uhuru Kenyatta, président kenyan, ici avec son homologue ougandais. Il ne fait pas bon être femme ou homosexuel dans ces deux pays...

C'est une victoire masculine. Le président kenyan (un homme) Uhuru Kenyatta a promulgué le 29 avril 2014 une loi controversée sur le mariage, qui autorise un homme à épouser autant de femmes qu'il le désire, sans le consentement de son ou ses autres épouses. Cette loi, avait été adoptée mi-mars par les députés (dont le président et son second sont bien entendu des hommes).

dans
Le texte avait été adopté mi-mars par les députés qui avaient alors supprimé de la loi fondamentale en vigueur sur la famille (votée et aménagée en 2007) la possibilité pour les épouses de s'opposer au mariage de leur mari avec d'autres femmes, à la fureur des députéEs qui avaient quitté leurs bancs. Les parlementaires kenyanes sont pourtant constituées en association, cela devrait leur donner de la force, cela est resté sans effet… Elles pourront cependant se réjouir que le texte rend égaux femmes et hommes en matière d'héritage.

"Le mariage est l'union volontaire d'un homme et d'une femme, dans une union monogame ou polygame", stipule la loi promulguée ce 29 avril 2014, qui consacre ainsi dans le droit kényan un certain nombre de pratiques coutumières dont la polygamie. La loi impose en revanche aux femmes d'épouser un seul homme.

Le Conseil national des Eglises du Kenya (NCCK), qui regroupe plus de 40 chapelles et organisations chrétiennes, s'est opposé publiquement à la loi et la Fédération nationale des avocates (Fida-Kenya) a indiqué qu'elle déposerait un recours. Sans que cette militance ne se fasse cependant ressentir sur son site...

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et la Commission kényane des droits de l'Homme (KHRC) ont estimé que cette loi "contenait des aspects positifs", par exemple en imposant "l'enregistrement de tous les mariages (...) offrant ainsi une plus grande protection aux femmes" tout en critiquant cette autorisation de la polygamie sans limite et sans consentement des épouses. "Nous savons que les hommes craignent plus que tout la langue des femmes", avait lancé à ses collègues masculins la députée Soipan Tuya, lors du vote de la loi.

La polygamie est largement répandue au Kenya, notamment dans les zones rurales et au sein de la communauté musulmane du pays. En 2009, selon les dernières données officielles disponibles, environ 13% des femmes kényanes déclaraient vivre dans un foyer polygame et 7% des hommes. "Quand vous épousez une Africaine, elle doit savoir que la deuxième (épouse) est en route, et la troisième (...) c'est l'Afrique", avait déclaré le député Junet Mohamed, durant les débats.

Un pas en avant, trois pas en arrière...

01.05.2014Récit de P. Randrianarimanana, JTA, TV5MONDE
Un pas en avant, trois pas en arrière...

D'autres Kenyanes dans Terriennes