Poupée gonflable offerte à un ministre au Chili : intolérable pour Michelle Bachelet

sujet poupée bcahelet Chili
Un si joli cadeau "pour stimuler l'économie" Récit TV5MONDE, 1’03", Florent Crebessègues - S. Mortain

En offrant une poupée gonflable comme cadeau de Noël au ministre chilien de l'Economie, une association de chefs d'entreprises a déclenché mercredi 14 décembre 2016 une vive polémique dans le pays sud-américain, la présidente Michelle Bachelet critiquant un geste "intolérable".

dans
La poupée a été offerte mardi soir 13 décembre 2016 par l'Association d'exportateurs de produits manufacturés et de services (Asexma) au ministre Luis Felipe Céspedes à l'occasion de son traditionnel dîner de Noël. Elle était accompagnée du message, glissé dans sa bouche : "Pour stimuler l'économie".

La chef de l'Etat socialiste, ex-présidente d'ONU Femmes, a immédiatement dénoncé sur Twitter une offrande "intolérable", rappelant: "la lutte pour le respect de la femme a été un principe essentiel au cours de mes deux mandats".
 

Devant les micros, elle a ajouté : "Ce n’est certainement pas nouveau pour moi qu’au Chili existent le machisme et la misogynie. Nous avons toutes, nous les femmes été confrontées à cela. Mais là c'est indamissible."

Le ministre, qui avait reçu le cadeau avec un grand sourire, a demandé pardon. "Je m'excuse,  la situation était inappropriée, elle m’a pris par surprise et ma réaction n'a pas été adéquate", a-t-il reconnu mercredi devant la presse.

Le mal était fait et les internautes ont très peu goûté le manque de maîtrise du ministre. Et son radieux sourire... " Luis Felipe Céspedes offre une image lamentable pour l'histoire" peut-on par exemple lire sur le twitter chilien. 
 
 

Du mauvais goût aux violences faites aux femmes

Le président d'Asexma, Roberto Fantuzzi, a lui aussi fait amende honorable sur le même réseau social : "J'ai une femme, des filles et des petites-filles, jamais l'intention n'a été de générer de la violence contre la femme".

Le mauvais goût du cadeau a été largement dénoncé sur les réseaux sociaux, dans ce pays où les associations féministes se mobilisent contre la culture machiste encore très présente au Chili.

"Asexma a offert au ministre une poupée, parce que pour eux l'économie c'est comme les femmes, il faut la stimuler", a critiqué le Mouvement pour les droits sexuels et reproductifs (Miles), fustigeant un cadeau "sexiste et misogyne" et un "spectacle dénigrant".