Quand Ikea efface les femmes de son catalogue saoudien et sans le vouloir réinvente le féminisme

Le géant suédois du meuble Ikea s'est excusé lundi 1er octobre 2012 d'avoir effacé les femmes de son catalogue en Arabie saoudite et a annoncé qu'il allait revoir ses routines de travail.

dans
Page du catalogue Ikea a destination de l'Arabie saoudite - avant, après retouche. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Page du catalogue Ikea a destination de l'Arabie saoudite - avant, après retouche. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
L'édition suédoise du quotidien gratuit Metro avait publié lundi 1er octobre au matin des photos du catalogue saoudien, le même que dans les autres pays à un détail près : la remarquable absence des femmes. Cela dit, au deuxième degré on peut trouver la farce excellente : du coup le catalogue ne montre que des hommes ou des garçons occupés à pousser des caddies et à embellir la maison !
L'affaire avait choqué en Suède, pays épris d'égalité entre les sexes.
"Cela ne se fait pas de supprimer ni d'effacer les femmes de la réalité. Si l'Arabie saoudite n'autorise pas aux femmes d'être vues, entendues ou de travailler, elle se passe de la moitié de son capital intellectuel", a affirmé dans un communiqué la ministre au Commerce extérieur Ewa Björling.
"Carrément moyenâgeux!", s'est exclamée sur le site internet Twitter la ministre des Affaires européennes Birgitta Ohlsson.
Ulrika Englesson Sandman du groupe Ikea s'est défendue en soulignant que le groupe quand il entrait sur un nouveau marché devait toujours trouver un bon équilibre entre ses propres valeurs et la culture et la législation locales, qui peuvent être différentes.
Ikea a trois magasins en Arabie saoudite, et dit y avoir connu une croissance annuelle "à deux chiffres" ces cinq dernières années.
L'Arabie saoudite applique une ségrégation stricte entre hommes et femmes. Ces dernières ont peu de droits, étant interdites de conduire ou de sortir sans leur voile.

Quand Ikea efface les femmes de son catalogue saoudien et sans le vouloir réinvente le féminisme