Vidéo - Quand les seins chantent contre le cancer et la censure

seins qui chantent VFst
©youtube

On les connaissait petits, ronds, lourds, parfois balafrés ou encore poilus même chez certains hommes mais avec une bouche ? Voilà l'idée choc et désarçonnante d'une agence de publicité argentine pour lutter contre le cancer du sein. Des poitrines qui entonnent en choeur ce refrain : "tout le monde aime les seins". Un joli pied de nez (ou coup de sein?) lancé à la face des censeurs anti-nudité sur les réseaux sociaux.

dans
L'image a de quoi surprendre, pas l'intention. Des seins, de toute tailles, de toute origine, féminins ou même masculin, affublés d'une bouche... Un petit clic, et c'est parti pour 2 minutes en musique et en paroles, sur un style très comédie musicale de Broadway. Le refrain est simple et volontairement rassembleur : "tout le monde aime les seins".

La revanche du mamelon

"Ronds et rebondis, fermes ou maigres, les nichons règneront toujours en maîtres absolus ! " poursuivent en rythme les seins chantant, comme une revanche mamelonnaire ! La revanche elle est tout simplement adressée à ces réseaux sociaux, qui censurent toute image de sein (Facebook, Instagram), comme parfois nous avons pu le constater nous-même chez les Terriennes lors d'articles accompagnés de photos montrant des femmes aux poitrines dénudées, lors de manifestations. Un acte devenu au fil des ans un signe de ralliement international lors de rassemblements ou d'actions contestataires féminins ou féministes, et plus seulement chez les Femen. Lire notre article "Les Péruviennes manifestent seins nus pour défendre le droit à l'IVG" ici.

A l'origine de cette campagne, une agence de communication, basée à Buenos Aires, « David », pour l’association argentine « Movimiento ayudo cancer de mama (Macma) qui lutte contre le cancer du sein.

Elle s'était déjà fait connaitre l'an dernier lors d'une campagne avec des seins d’homme pour montrer comment se palper la poitrine afin de repérer une éventuelle tumeur. Le torse masculin, lui, ne faisant pas l’objet de censure sur les réseaux sociaux. Une voix off décrivait : "Face à un miroir, vérifiez que vos seins n'ont pas de rougeurs ou de gonflements". Notre article ici.
 

Couvrez ce sein que je ne saurais voir

Voilà donc peut-être comment contourner cette censure, en donnant une bouche et une voix à ces seins, et tout cela pour la bonne cause évidemment. Car au fond la question qui se pose, c'est : comment parler et militer contre le cancer du sein, via cette gigantesque plate-forme universelle que représentent les réseaux sociaux, sans les montrer, nos tétons ?
 
Le cancer du sein touche encore 1,7 million de femmes dans le monde. Partout à travers la planète, les opérations de prévention ou de récolte de fonds s'organisent et rivalisent d'idées pour toucher au mieux les populations. Encore un exemple à Montréal, où un cours de yoga seins nus a été organisé il y a quelques jours.
 

"Couvrez ce sein, que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées."

Le Tartuffe, III, 2 (v. 860-862)

N'en déplaise à Tartuffe, les mamelons ne sont pas prêts de se couvrir, plus engagés que jamais, censure ou pas.