Terriennes

Références universitaires obligatoires féminines en Suède : Judith Butler contre Judith Butler

Erik Ringmar, historien suédois, et Judith Butler, philosophe américaine, les deux protagonistes plus ou moins volontaires de la polémique sur les quotas de femmes imposés dans les références de la recherche universitaire suédoise
Erik Ringmar, historien suédois, et Judith Butler, philosophe américaine, les deux protagonistes plus ou moins volontaires de la polémique sur les quotas de femmes imposés dans les références de la recherche universitaire suédoise
Emma Lord /Lunds Universitet et Wikicommons

Avec bonne intention, celle de réduire l'inégalité entre les sexes dans les sciences, les universités de Suède exigent que dans les publications et cours académiques figurent au moins 40% de références à des auteurEs, quelque soit le sujet. Erik Ringmar, un historien/politologue a reçu ainsi l'injonction de rajouter un ouvrage de Judith Butler pour augmenter son quota. Une mauvaise manière contre laquelle la célèbre philosophe américaine, pionnière des études de genre, a protesté. 

dans

"Vous incluerez Judith Butler dans votre cours". La décision, sobre et impérative, est tombée sur la messagerie de l'historien suédois Erik Ringmar, un chercheur en sciences politiques de l'université de Lund (Sud de la Suède). Ses travaux, et ses enseignements, portent sur la réaction à la modernité au tournant des XIXème au XXème siècles, et le rôle joué par l'attraction du fascisme dans cette réaction. Un sujet important qui trouve bien des échos à travers le monde, et plus singulièrement en Europe, en ce début de XXIème siècle. 

L'universitaire appuie son propos sur des textes de l'époque, des "sources directes" comme on les appelle, en particulier ceux de "réactionnaires" hostiles à toute idée de modernité, effrayés pas les bruits et les mouvements du monde. Parmi lesquels, il faut bien le dire, bien peu de femmes, celles-ci étant aussi causes elles aussi de ces rumeurs effrayantes, dans l'esprit des ultras à l'orgine des fascismes de cette période. La haine de femmes conjuguée à l'antisémitisme, aux colonialismes et aux nationalismes.
Erik Ringmar, qui ne fait pas mystère de ses attirances à gauche, privilégie le recours aux témoignages et aux écrits de ce moment étudié, néglige les analyses postérieures de ses collègues, a fortiori, de Judith Butler, que par ailleurs il apprécie. 

Figures du genre et discours de la méthode suédoise 

Mais il sait que, depuis plus de 20 ans en Suède, il est indispensable d'intégrer des références féminines, d'autrices, de chercheuses, afin de combler autant que faire se peut cette abyssale faille creusée entre les sexes dans les sciences humaines, comme dans les autres, par des siècles d'écriture masculine et d'effacement des femmes de l'histoire. Cette politique éducative dans l'enseignement supérieur est l'un des bras armés du "Gender mainstreaming" (intégration systématique du genre). Elle a été initiée dans les années 1980, avant d'être adoptée officiellement par certains pays (dont la Suède donc en 1994) et approuvée par la Conférence de Pékin en 1995, cet événement des Nations Unies qui érigeait l'égalité entre les femmes et les hommes au rang de combat prioritaire. 

Aucun comité universitaire, dans le monde entier, ne pourra m'obliger à enseigner Judith Butler si je ne le veux pas.
Erik Ringmar, professeur de sciences politiques à Lund

Incitatif au départ, le gender mainstreaming universitaire à la suédoise s'est durçi ces dernières années, et les chercheur.e.s sont désormais invité.e.s à se référer à au moins 40% de femmes dans leurs travaux écrits ou leurs cours. Mais Erik Ringmar a atteint péniblement le seuil de 15% - avec deux "actrices" fascistes de l'époque, mais aussi en incluant dans ses réflexions le mouvement anarchiste, et donc quelques femmes de ces courants. Il n'est d'ailleurs pas le premier à établir un lien entre naissance du fascisme, anarchisme, misogynie, à la confluence desquels on trouve l'antisémistisme. (Voir en ce sens l'excellent ouvrage "The Keys to Happiness : Sex and the Search for Modernity in Fin-De-Siecle Russia" de Laura Engelstein). 
Les historien.ne.s qui travailleront sur l'extrême droite européenne des années 2000 auront sans doute beaucoup plus de facilité à dépasser ce seuil féminin/masculin tant les partis populistes extrêmes sont aujourd'hui investis et dirigées par des femmes...
A retrouver sur ce sujet > Le populisme au féminin

Mais les efforts d'Erik Ringmar n'ont pas suffi : l'université ne s'est pas satisfaite de ces pauvres 15 %, et a aimablement proposé une solution, qui ne fait d'ailleurs pas de mal en soi (la philosophe est bien présente sur notre site Terriennes), que nous répétons ici : "Vous incluerez Judith Butler dans votre cours".  C'est l'oukaze qui est inacceptable aux yeux des chercheurs, et même à ceux de Judith Butler.

C'est aussi un moment de ce processus par lequel la liberté universitaire en Suède est entravée
Ivar Arpi, Svenska Dagbladet

Erik Ringmar a aussitôt protesté sur son blog contre cette "invitation" absurde. Dans un post du 29 octobre 2017, intitulé "L'affaire Judith Butler - Fascistes et genre à l'université", il écrit : "Aucun comité universitaire, dans le monde entier, ne pourra m'obliger à enseigner Judith Butler si je ne le veux pas." Le feu vert était donné à la sortie de la polémique du cercle universitaire. C'est d'abord Ivar Arpi, un chroniqueur célèbre de l'un des plus anciens et importants quotidiens suédois,  le Svenska Dagbladet, engagé à droite (le journal comme l'éditorialiste) qui évoque cette absurdité : "Bien sûr ce n'est pas une grande catastrophe en soi et par soi. C'est juste une liste littéraire, après tout. Mais c'est aussi un moment de ce processus par lequel la liberté universitaire en Suède est entravée. Ce qui arrive dans le département de sciences politiques de Lund est la conséquence de cette 'intégration du genre' imposée par le gouvernement dans tous les établissements. Le directeur des études du département de sciences politiques et Erik Ringmar ont décidé finalement de laisser tomber ce cursus. Les étudiants qui voulaient en savoir plus sur l'émergence du fascisme à la fin du XIXème siècle devront aller voir ailleurs, et tout cela dans un temps où cette extrême droite a le vent en poupe dans toute l'Europe."

Nous n'obtiendrons une société juste que par la liberté et toute idée de justice qui nous refuse la liberté nous refuse également la justice même.
Judith Butler, philosophe

Puis c'est un collègue, Mårten Torson Lindberg, et ancien étudiant doctorant d'Erik Ringmar (il suivait le fameux cours en question "La société moderne et ses détracteurs") qui a pris le relais. Et là, il a eu cette idée brillante, celle d'interroger Judith Butler elle-même pour savoir ce qu'elle pensait de cette affaire. Un long échange transatlantique par mail qu'il a publié intégralement (avec cette phrase en exergue : "Judith Butler à propos du conflit de genre à l'université de Lund : 'La méthode est répréhensible'.") avant d'être repris par le quotidien de Munich, la Süddeutsche Zeitung, sous le titre sans ambiguïté de "Judith Butler contre l'Université de Lund".  De la réponse, très longue et argumentée de la philosophe américaine, théoricienne de la construction sociale des sexes, voici quelques formules radicales :  
"Je proteste contre l'utilisation de mon nom à ce sujet… La liberté académique donne à l‘enseignant en université le droit de réaliser ses cours selon son propre jugement professionel… Je m'oppose à l'idée d'attendre des enseignants qu'ils doivent travailler avec des textes et auteurs fléchés… La méthode ne convient pas et le but voulu (l'intégration de femmes dans les corpus scientifiques, ndlr) ne peut être atteint par la contrainte. La liberté académique est particulièrement importante par les temps qui courent où des formes autoritaires de gouvernance se repandent…. Ces quotas, tentatives d'atteindre l'objectif par un raccourci, n'amènent jamais à une société mue par la justice. Nous n'obtiendrons une société juste que par la liberté et toute idée de justice qui nous refuse la liberté nous refuse également la justice même."

Après cette déclaration sans équivoque, le débat est sorti des murs de l'université de Lund et de ceux de la Suède... 

Désormais, Erik Ringmar attend, "maintenant que l'affaire est connue en Norvège, en Allemagne ou en France" de savoir ce "que pensent ses étudiants de ses cours".
Comme au Royaume Uni ou aux Etats-Unis, les enseignants des universités suédoises sont évalués par les élèves, une déclinaison intéressante de la démocratie et de la citoyenneté. Erik Ringmar livre les appréciations avec les précautions d'usage parce qu'elles pourraient être faussées par le retentissement de l'affaire et par le faible nombre de votants. 

"66,7% des étudiants ont attribué à mon cours la note « Très bien » (la plus élevée sur une échelle de cinq points)
86% des étudiants ont qualifié mes conférences et séminaires de 'Très bien' ou 'Excellent', ce qui en fait l'un des plus appréciés du département de sciences politiques de l'université de Lund. 
Assez étrangement, cette évaluation est très semblable à ce que les étudiants m'ont dit au premier semestre 2017, avant que le cours ne devienne une cause célèbre.
"
Les commentaires regorgent aussi de superlatifs tels que "meilleur", "enthousiasmant", "stimulant","inhabituel", sauf celui d'un dissident qui a trouvé ces quelques mois "très mauvais", mais sans expliquer pourquoi.
On aurait bien aimé savoir si c'était pour l'absence de références féminines, en particulier celle de Judith Butler. 
Cela aurait relancé la discussion. 

Et il y a d'autres urgences : plutôt que d'imposer Judith Butler à contre temps, il vaudrait mieux la protéger et éclairer les esprits confus qui l'agressent régulièrement. Le quotidien Le Monde nous apprend que "invitée à participer à une conférence au Brésil, à Sao Paulo (début novembre 2017, ndlr), la philosophe américaine, grande figure des études de genre, a été accueillie par des manifestations virulentes de militants ultraconservateurs. Brandissant des crucifix, les manifestants ont brûlé une sorcière à son effigie. Référence explicite aux pratiques moyenâgeuses de l’Inquisition visant à faire disparaître par le feu les « possédées ». L’auteure de Trouble dans le genre savait, avant même son arrivée à Sao Paulo, qu’elle devrait affronter huées, insultes et calomnies. Sur les réseaux sociaux, une pétition signée par plus de 300 000 personnes, organisée par la plate-forme Citizengo, défenseuse autorevendiquée de « la dignité de la personne humaine », avait œuvré – en vain – pour l’annulation de la conférence à laquelle la philosophe devait participer. Une conférence dont le thème, loin d’aborder la question visiblement dérangeante du genre, évoquait « Les fins de la démocratie »​".

On voit dans ce post d'un internaute sur les réseaux sociaux, comment « l'extrême droite brésilienne a tenté d'empêcher une conférence de la philosophe féministe Judith Butler à São Paulo en brûlant une marionnette à son effigie aux cris de 'sorcière !'».


Après cela, on aurait presque envie d'imposer les oeuvres complètes de Judith Butler dès l'école maternelle, parce que #yaduboulot et beaucoup...

Suivez Sylvie Braibant sur Twitter > @braibant1