Rendre leur place aux femmes dans la Résistance

Portraits de femmes résistantes à l'Hôtel de Ville de Paris. Crédit photo : Marion Chastain
Portraits de femmes résistantes à l'Hôtel de Ville de Paris. Crédit photo : Marion Chastain

À l’occasion des 70 ans du droit de vote des femmes (29 avril 1945), l’exposition « Femmes et Résistance » rend hommage à quarante-six héroines de la seconde guerre mondiale. Leurs portraits sont exposés jusqu’au 6 juin 2015 à l’Hôtel de Ville de Paris. Avant de rejoindre le Panthéon, lors de l’entrée dans l’édifice des résistantes Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz.

dans
Berthy Albrecht, Lucie Aubrac, Josephine Baker, Geneviève Tillion… Célèbres ou anonymes, ces Françaises résistantes restées trop longtemps dans l'ombre, sont mises à l'honneur avec l'exposition « Femmes et Résistance ». C'est l'occasion « de reconnaître à sa juste valeur le rôle joué par ces femmes, et de refuser que leur engagement moral, civil et politique ne sombre dans l’oubli », explique Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.  

Entraînement de volontaires féminines de la France libre en 1941. Crédit : Exposition "Femmes et Résistance"/Marion Chastain
Entraînement de volontaires féminines de la France libre en 1941. Crédit : Exposition "Femmes et Résistance"/Marion Chastain
Les femmes sont les grandes oubliées de la lutte contre l'occupant nazi. Seulement six d’entre elles comptent parmi les 1038 Compagnons de la Libération, titre accordé à à ceux qui avaient permis la libération de la France, dont quatre à titre posthume. Et elles représentent à peine 10% des médaillés de la Résistance
Un manque de reconnaissance injustifié au regard de leur réelle implication. Durant les quatre années d’occupation, elles sont agents de liaison, cantinières, infirmières, secrétaires, standardiste ou encore combattantes. 1800 femmes s’engagent dans les Forces françaises libres, action qui verra naître le corps des volontaires françaises, la première unité féminine de l’armée française, institué par le général de Gaulle en 1940.


Et aux côtés des hommes, elles résistent de multiples manières. Elles dirigent des réseaux, hébergent des clandestins, préparent des engins explosifs, organisent des évasions ou encore collectent, transmettent des informations et des faux papiers.

Un engagement de tous les instants pour défendre la France, alors que le droit de voter ne leur a pas encore été accordé... Il faudra attendre le 21 avril 1944, pour qu'il leur soit octroyé presque par effraction.

Dans la Résistance, les femmes sont aussi héroïques que les hommes, mais leur sort est pire encore que celui des hommes

Gilles Perrault lors d'un débat sur la Résistance organisé par la société Louise Michel. Capture d'écran
Gilles Perrault lors d'un débat sur la Résistance organisé par la société Louise Michel. Capture d'écran
Entretien avec l'écrivain Gilles Perrault. Dans son « Dictionnaire amoureux de la résistance » (Plon Fayard, 2014), comme il l'avait fait dans ses ouvrages précédents, tel l'Orchestre rouge, l'auteur consacre de nombreuses "entrées", de très belles pages, à ces combattantes de l'ombre qui ont conduit, elles aussi, à la capitulation du IIIème Reich, le 8 mai 1945.
 
Quel regard portez-vous sur les femmes dans la Résistance ?
 
Gilles Perrault : Un regard admiratif. C’est un événement qui a compté dans l’évolution de la place donnée aux femmes dans la société française. Pendant le conflit, elles n'ont toujours pas le droit de vote alors que les Anglaises votent depuis deux décennies. Et à cette époque, la Résistance est considérée au sens dur du terme et ne peut concerner que les hommes. Alors que les femmes ont eu des responsabilités extrêmement importantes.
 
Pourquoi les femmes ont-elles été tant oubliées ?
 
G.P : L’époque était machiste ! Il faut bien comprendre qu'il n’est pas question de leur donner le droit de vote à ce moment. Mais vers la fin du conflit, dès 1944, Charles De Gaulle se trouve dans l’obligation de leur accorder ce qui leur revient en bonne justice. Le contraire n’aurait pas été compris, ni accepté.
Leur rôle a tout de même été largement minimisé. Prenons l’exemple du colonel Henri Rol-Tanguy. Communiste, ancien des brigades internationales, il organise l’insurrection à Paris en août 1944, et commande les Forces françaises d’Ile-de-France (FFI). Il compte parmi les Compagnons de la Libération et à la fin de sa vie, il est décoré Grand-croix de la Légion d’Honneur. Quant à sa femme, Cécile Le Bihan, elle n’a reçu que la médaille de la Résistance. Alors que pendant la guerre, ils fonctionnent en binôme et affrontent les même risques. Mais la parité n’a pas été observée. 

Portrait de la résistante Françoise Seligmann, fondatrice du journal féministe "Le Française" en 1946. Crédit photo : Exposition "Femmes et Résistance"/Marion Chastain
Portrait de la résistante Françoise Seligmann, fondatrice du journal féministe "Le Française" en 1946. Crédit photo : Exposition "Femmes et Résistance"/Marion Chastain

Que pensez-vous des hommages rendus à ces femmes, comme l’exposition actuelle «Femmes et Résistance » ?

G.P : Ce sont des séances de rattrapage fortes heureuses. On essaye de redonner aux femmes le rôle qu’elles ont eu pendant cette période. C’est un effort qu’il faut saluer et mener à terme. Car dans la Résistance, les femmes sont aussi héroïques que les hommes, mais leur sort est pire encore que celui des hommes. 
Lorsqu’un résistant est arrêté par les Allemands, jugé et comdamné à mort, il est fusillé au Mont-Valérien à Paris, ou sur d’autres champs d’exécution en France. Condamnées à la même sentence, aucune femme n'est fusillée. Elles sont transférées en Allemagne et guillotinées. Une mise à mort bien plus dégradante par rapport à un peloton d’exécution, où les hommes sont accompagnés de leurs camarades, et chantent ensemble jusqu’à la fin. Les femmes, elles, sont toutes seules devant la guillotine, et vivent leurs derniers mois dans une prison allemande, en milieu très hostile. 
 
Les femmes doivent-elles encore résister aujourd’hui ?
 
G.P : Il faut toujours lutter. Les dernières élections départementales l’ont encore montré. Pour faire respecter la parité, la loi prévoit désormais que les candidats se présentent en binômes, composés d'une femme et d'un homme. Après les élections, seulement quatre femmes ont été élues présidentes d’un département. C'est un rôle bien sûr très important et comme par hasard, on retrouve les femmes en infériorité numérique écrasante. Donc le combat n’est clairement pas terminé.