Terriennes

Représentation des femmes dans ses pages : quand Le Temps fait son autocritique

Le journal suisse francophone Le Temps, fondé en mars 1998, est l'un des rares quotidiens à pointer régulièrement ses propres défaillances en matière d'égalité Femmes/Hommes. Une bonne pratique. 
Le journal suisse francophone Le Temps, fondé en mars 1998, est l'un des rares quotidiens à pointer régulièrement ses propres défaillances en matière d'égalité Femmes/Hommes. Une bonne pratique. 
Wikicommons

Depuis le mois d’août 2017, une lectrice du Temps, important quotidien francophone de Genève, tient le décompte des figures féminines représentées en photo dans le journal. Loin d’être glorieux, le bilan pousse à l’introspection. Le quotidien, en ces temps de paroles libérées des femmes, a décidé de s'exposer. Un geste salutaire à imiter.

dans

Dans un coin de page griffonné, le décompte des femmes représentées en photo dans l’édition du jour. Et ce constat sans appel: 17 hommes pour 5 femmes. Le jeudi 23 novembre 2017 sur Twitter, Le Temps a reçu le coup de griffe d’une lectrice accompagné de ce hashtag aux allures de sentence: #invisibilisation. Quelles sont les représentations véhiculées à travers l’iconographie? Le genre devrait-il être un critère de sélection au même titre que l’émotion ou l’esthétisme? Le Temps fait son autocritique.


Elle-même photographe d’art contemporain, Mauve Serra alias @MauveMov mène sa «mini-action» depuis août déjà. Un journal à la main. Un coup d’œil à son compte Twitter, et l’on découvre que certaines éditions sont plus critiques encore. Le 20 octobre dernier, les pages étaient occupées par 22 figures masculines pour 3 féminines. Rebelote quatre jours plus tard avec 24 hommes et 3 femmes. D’autres éditions sont heureusement plus réjouissantes: celle du 30 octobre par exemple où elles dépassent de justesse la gent masculine (13 contre 12).

Moins il y a de femmes en illustration, moins elles sont légitimées. L'image à un pouvoir, celui de légitimer une grammaire visuelle.
Mauve Serra, lectrice du Temps

Mauve Serra est une lectrice régulière du Temps. Au téléphone, la Genevoise de 37 ans explique sa démarche: «Le Temps est un journal sérieux et de qualité, avance-t-elle. A l’instar d’autres médias, il reproduit pourtant des biais de discrimination, en invitant toujours plus d’hommes que de femmes dans ses pages

En quoi est-ce problématique? «Un journal possède un double rôle, estime-t-elle. En tant que reflet de la société, il a non seulement valeur de témoignage, mais aussi de représentation. On légitime ce qui existe. Et quand on ne le fait pas, cela "invisibilise". En l’occurrence, moins il y a de femmes en illustration, moins elles sont légitimées.»

«L’image a un pouvoir, insiste Mauve Serra. Celui de façonner une grammaire visuelle.» Et tous les détails comptent : la situation dans laquelle la femme est représentée, la légende de la photographie ou encore les détails mentionnés, nom ou prénom. Le fil du journal donne également des informations. «En page culture, on a tendance à montrer la «femme déco». Comme si, après une double page économie remplie de quinquagénaires en costume cravate, on avait besoin de se changer les idées. Je note également qu’en fin de semaine les femmes reviennent.»

Recherche de la parité

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes photographiées dans Le Temps? «Nous sommes conscients qu'il y a régulièrement plus d'hommes que de femmes dans nos pages, avance d’emblée la responsable iconographie, Catherine Rüttimann. Nous essayons d'équilibrer là où nous pouvons.» Mais elle reconnaît que l’édition du 24 novembre 2017 était particulièrement masculine: «Il y avait ce jour-là un cumul de facteurs. Une actualité incontournable avec la chute du président Mugabe, la condamnation de Mladic ou encore le retour du premier ministre Hariri. Il fallait ajouter à cela des hommes en rubrique culturelle et en dernière page, deux espaces où les femmes sont généralement prédominantes. Relevons toutefois qu’il y en a trois en page une.»
 

On peut difficilement mettre des images de femmes quand les articles parlent d’hommes
Catherine Rüttimann, responsable iconographie du Temps

A ses yeux, le problème tient également dans le choix des sujets: «On peut difficilement mettre des images de femmes quand les articles parlent d’hommes. Dans les cas où il y a le choix, on tente de les privilégier, mais sans tomber dans l’excès inverse. La qualité de l’image prime.»

Le Temps n’a pas attendu le tweet d’une lectrice pour s’interroger sur la représentation qu’il donne des femmes. Le 6 mars 2017, dans le cadre d’une édition entièrement dédiée aux femmes, une journaliste s’était intéressée à leur empreinte dans les pages «opinion et débat» du journal depuis sa création. Résultat: 27% de tribunes féminines en 2016. Un chiffre en nette progression par rapport à 2007 (20%) ou encore 1998 (8%). Toujours dans le cadre de cet événement, Le Temps avait également compilé les coordonnées d’expertes en Suisse dans un annuaire en ligne.

Article original à retrouver sur le site du Temps : > Les femmes, si invisibles dans «Le Temps» ?