Réseauter, oui, mais pas uniquement avec les réseaux sociaux

Le réseau professionnel LinkedIn sur le web - Capture d'écran
Le réseau professionnel LinkedIn sur le web - Capture d'écran

Les femmes font souvent face à un déficit de contacts professionnels, d'autant qu'elles ont du mal à faire du networking. Les réseaux sociaux peuvent les aider certes, mais l'exercice a ses limites. Rien ne remplacement le réseautage traditionnel comme il est pratiqué en ce moment au Women's forum à Deauville.

dans
Re-seau-ter ! Le mot d'ordre est lancé, au Women's Forum qui se tient actuellement à Deauville. Quelque 1500 femmes, venues du monde entier, qui viennent une fois par an pour assister à des conférences, se tenir au courant des dernières tendances dans les affaires, et surtout, échanger leurs cartes de visite, demander de l'aide, trouver un mentor.... Car tout le monde s'accorde à le dire, les femmes – pour des raisons tenant aux caractéristiques de leur sexe et leur place dans la société – ont du mal à réseauter autant que les hommes. Un déficit relationnel qui nuit à leur progression dans le monde du travail.

Comment peuvent-elles inverser cette tendance ?. Certains experts misent sur les réseaux sociaux. Après tout, les femmes utilisent largement l'internet, ne serait-ce que pour faire livrer les provisions de la semaine... « Rien ne peut se substituer aux contacts physiques, aux discussions un verre à la main, », estime Françoise Holder, co-présidente de l'association ForceFemmes, qui aide les femmes à retrouver un emploi. Or les femmes ont tendance à rentrer chez elles le soir, ne serait-ce que pour prendre soin de leur famille... En outre, explique le sociologue Michel Ladet, de SocioVision, « si les femmes sont bien familières de l'internet, elles utilisent surtout l'outil à des fins pratiques : il s'agit par exemple de remplir le réfrigérateur. En revanche, « elles sont mal équipées, psychologiquement, pour utiliser à plein les réseaux sociaux de type LindedIn », précise le sociologue.

LES FEMMES SE SOUS-VENDENT SUR LE NET

«En fait, elles n'ont pas compris comment s'en servir », assure Michel Ladet. Les hommes, qui considèrent que la prise de parole sur le web est équivalente à un marquage de territoire, n'hésitent pas à y être présents, en donnant leur opinion dans des forums, en postant leur CV - bref en se mettant en avant.... En revanche, les femmes, à l'esprit pratique, se demandent d'abord à quoi sert « cette bouteille à la mer », selon ce spécialiste - qui enfonce même le clou. Pour lui, la majorité de femmes, surtout en milieu de carrière, n'aurait pas encore compris que le web est le royaume de l'excès et du bluff, alors que les hommes, eux, maîtrisent ce concept depuis toujours !

Ainsi – que ce soit par nature ou par culture, les hommes n'hésitent pas à enjoliver leur CV et leur expérience sur les sites professionnels, tandis que les femmes, au contraire, se sous-vendent. Difficile pour elles de compter sur les réseaux sociaux professionnels pour booster leur carrière dans ces conditions....

Mais si ces réseaux ne peuvent se substituer totalement au travail de fond de networking, cela ne veut pas dire que les femmes doivent les négliger. « Les femmes, surtout celles qui ont eu des accidents de la vie – chômage, cancer, divorce, etc – se trouvent souvent en situation de grand isolement », remarque ainsi Françoise Holder de ForceFemmes. « Tous les outils qui peuvent les en sortir sont intéressants pour les femmes », conclut-t-elle. Et les réseaux sociaux en font partie.