Sauvons Sakineh : le monde se mobilise

Depuis plusieurs semaines, l'indignation grandit à travers le monde. Personnalités et anonymes s'inquiètent du sort de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, Iranienne condamnée à la mort par lapidation.

TV5Monde s'engage pour sauver cette femme, mère de deux enfants. N'hésitez pas à commenter et partager cet article, et à signer les pétitions.

dans
Les autorités iraniennes ont confirmé, mercredi 8 septembre, la suspension de l'exécution par lapidation. Ce verdict « est en cours de réexamen », a précisé le ministre iranien des Affaires étrangères.

Selon la justice iranienne, Sakineh Mohammadi-Ashtiani est coupable d'adultère et de complicité dans le meurtre de son mari. Mais d'après ses avocats, elle a d'abord été condamnée à la lapidation uniquement pour adultère, la complicité de meurtre ayant été ajoutée ultérieurement par les autorités.

En tout cas, depuis 2006, Sakineh Mohammadi-Ashtiani est détenue dans la prison de Tabriz (nord-ouest de l'Iran) et vient d'être condamnée à 99 coups de bâton pour avoir propagé la « corruption et l’indécence » en raison de la publication d’une photo d’elle sans foulard dans le quotidien Times de Londres du 28 août 2010 à la BBC. Une peine qui lui avait déjà été infligée quelques années plus tôt pour "relations illégales".


« AVEUX FORCÉS »

En juillet 2010, Sakineh Mohammadi-Ashtiani semblait avoir gagné une première bataille quand Téhéran, après avoir émis l'idée de l'exécuter par pendaison, avait décidé une première fois de suspendre temporairement sa peine.

Mais la situation s'est brusquement retournée. Le 11 août , Sakineh Ashtiani apparaît, le visage flouté, à la télévision iranienne dans un simulacre d’interview. Là, elle avoue. Dans sa langue natale, l’azéri, elle reconnaît avoir commis l’adultère et, surtout, avoir organisé le meurtre de son mari.

Pour ses avocats, il s'agit d'aveux forcés. « Elle a été frappée violemment et torturée jusqu'à ce qu'elle accepte d'apparaître face à la caméra », a déclaré Me Kian qui n'a pas pu voir sa cliente depuis deux ans. « Ces aveux renforcent nos craintes que l'Iran exécutera bientôt cette femme », s'est alarmée l'organisation Human Right Watch.

Depuis, Téhéran semble inflexible. Répondant à son homologue brésilien qui avait offert l'asile politique à Sakineh Mohammadi-Ashtiani, le président Mahmoud Ahmadinejad a déclaré le 17 août : « Il n'y a aucun besoin de créer un problème au président Lula. L'Iran préfère exporter sa technologie au Brésil que de telles personnes. » Le dirigeant iranien rejette toute forme d'ingérence dans cette affaire et demande aux pays occidentaux de ne pas intervenir.

PRESSION INTERNATIONALE

Mais la pression internationale ne se relâche pas. Bien au contraire. La pétition internationale « Aidez-nous à libérer Sakineh » a dépassé les 200 000 signatures. Celle lancée par le philosophe Daniel Salvatore-Schiffer dans les plus grands journaux d'Europe, « Lettre ouverte aux autorités iraniennes », compte désormais 130 000 signatures. De grands noms viennent de la signer : le romancier Umberto Eco, la franco-colombienne Ingrid Betancourt, l'avocate iranienne Shirin Ebadi, le médecin Luc Montagnier, le dramaturge Dario Fo.

Londres a dénoncé « le refus persistant » de Téhéran en faisant part de sa réprobation à l'ambassadeur d'Iran. L'Union européenne et le Vatican ont fait des démarches officielles auprès de Téhéran en faveur de la condamnée, auquel le Parlement européen a apporté un soutien unanime.

En France, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a dit être prêt à se rendre à Téhéran pour tenter de la faire libérer et la première dame, Carla Bruni-Sarkozy, a adressé une lettre personnelle à Sakineh. Elle lui écrit : « Du fond de votre cellule, sachez que mon mari plaidera votre cause et que la France ne vous abandonnera pas ». Quelques jours plus tôt, le ministre français des Affaires étrangères avait déjà assuré que la France ne ménagerait « aucun effort pour [la] sauver d'une mort atroce ».

Quant à la pétition lancée par le philosophe français Bernard-Henri Lévy qui avait été publiée le 17 août par le quotidien Libération, elle prend du poids. Elle reçoit 1 800 à 2 000 signatures par jour. Elle compte notamment celles de deux anciens présidents français, Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing, et de nombreuses personnalités, les écrivains Jorge Semprun et Patrick Modiano, le chanteur engagé Bob Geldof et le prix Nobel de la paix Jody Williams.



100 villes se mobilisent


Plusieurs ONG de défense des droits de l'homme ont lancé un appel à manifester, samedi 28 août, dans 100 villes à travers le monde en faveur de Sakineh Mohammadi Ashanti.

Des milliers de personnes sont attendues à Sydney, Vienne, Porto Alegre, Bagdad, Nairobi, Ankara ou encore à Paris, place du Trocadéro.

Les enfants de Sakineh lancent un appel au monde entier

Ne laissez pas notre cauchemar devenir une réalité. Opposez-vous haut et fort à la lapidation de notre mère! Aujourd’hui, nous demandons l’aide du monde entier. Depuis cinq ans, nous vivons dans la peur et l’horreur, privés de la présence réconfortante de notre mère. Le monde est-il assez cruel pour rester insensible à une telle tragédie?

Nous sommes Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani, les enfants de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Depuis notre tendre enfance, nous éprouvons une grande douleur, car nous savons que notre mère est emprisonnée en attendant de connaître son épouvantable sort. Le mot « lapidation » est tellement horrible pour nous que nous évitons de le prononcer. Nous disons plutôt que notre mère est en danger, qu’elle risque d’être tuée et qu’elle mérite l’aide de tous.

Maintenant que presque toutes les options ont échoué et que l’avocat de notre mère affirme que sa situation est très précaire, nous nous en remettons à vous, citoyens du monde, peu importe qui vous êtes et l’endroit où vous habitez. Nous nous en remettons à vous, peuples de l’Iran, à tous ceux et celles qui ont vécu l’enfer de perdre un être cher.

Aidez-nous à libérer notre mère!

Nous désirons particulièrement joindre les Iraniens qui vivent à l’étranger.?Aidez-nous à sortir de ce cauchemar. Sauvez notre mère. Vous ne pouvez imaginer la détresse qui nous accable à chaque instant de notre vie. Les mots ne suffisent pas à exprimer notre crainte…
Aidez-nous à secourir notre mère. Écrivez aux autorités pour leur demander de la libérer. Dites-leur qu’il n’y a aucun plaignant et qu’elle n’a rien fait de mal. Notre mère ne mérite pas de mourir. Y a-t-il quelqu’un qui peut nous entendre et nous venir en aide?

Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani