Terriennes

Tounsia, Tunisienne, la Tunisie des femmes sans Ben Ali, un reportage photo de Rim Temimi

A travers 10 portraits, la photographe italo-tunisienne Rim Temimi avait dressé un panorama de la Tunisie féminine d'aujourd'hui, à l'approche des premières élections libres de l'ère post Ben Ali.

dans
« Je suis la Femme Tunisienne. Je travaille. J’étudie. J'ai mon bac. J'élève mes enfants. Je voyage seule. Je fais du sport. Je conduis ma voiture .Je me maquille. Je porte un pantalon, je suis coquette. Je porte un voile, je le suis tout autant !

Je suis médecin, je suis infirmière, je suis institutrice, je suis professeure, je suis avocate, spécialiste, journaliste, agrégée, chercheuse... Je suis artiste. Je fais du théâtre, de la musique ou de la danse. J'aide mon mari, je paye des crédits. J'aide mes parents et mes frères avec le même salaire. Je travaille aux champs au soleil ou sous la pluie du matin au soir avec les hommes. Je travaille à l'usine ou je fais des ménages pendant que mon mari chômeur m'attend, lui, au café ou a la maison... A moins qu'il ait quitté la Tunisie pour tenter sa chance ailleurs.

Je fais Ramadan. Je fais la prière. Ou je ne la fais pas, mais j'ai la foi. Comme bon nombre de mes « frères »... Je peux porter le voile ou une robe courte, un pantalon ou une djellaba. Mais sans contrainte et selon ma profonde conviction. J’ai des enfants. 1 ou 2 ou 3 c'est mon corps et c'est mon choix. Je fais la queue au supermarché et je fais le repas de la famille. J'amène mon fils chez le médecin, j'achète les médicaments, je surveille les devoirs.

Mais je veux du temps pour moi. Je sors ! Je vais au café, je vois des amis, je donne mon avis même au milieu d’une foule d’hommes... Je m’exprime. Je m’informe. Je lis, j’écris. Oui, je travaille. Oui, je sors le soir. Oui, j'aime ma silhouette dans le miroir. Mes cheveux ne sont pas une agression, pas plus que ma voix ou mon sourire.

Je suis la Femme Tunisienne ! Il parait que j'ai reçu en dot il y a 50 ans un Code qu'on veut me reprendre. Si je l'ai eu en cadeau sans me battre maintenant je suis prête à le défendre. Je lutterai pas à pas ; on ne me l'enlèvera pas ! Je suis la Femme Tunisienne. Je suis partout. Je suis à la maison, dans la rue, au bureau, dans les administrations, à l'usine au cinéma ou sur la plage et vous ne me gommerez pas du paysage ! »

Ce texte avait été publié sur le site Femmes de Tunisie en août 2011


Rim Temimi, photographe engagée

Italo-tunisienne de naissance, Rim Temimi est avant tout une citoyenne du monde, rappelant que la Tunisie ne serait rien sans les multiples influences culturelles qu'elle a pu recevoir au cours de l'histoire, en faisant de fait un pays ouvert sur le monde.

Photographe depuis l'âge de 15 ans, elle est aussi documentaliste, archiviste, traductrice. Mais c'est surtout une activiste : d'abord pour la défense de la culture tunisienne, incroyablement riche (l'exposition Tuniversalité à laquelle elle a largement collaboré en est le meilleur exemple) ; ensuite, en prenant part activement à la révolution de début 2011 ; maintenant, en promouvant la parité femme/homme en Tunisie.