Trente ans de combats avec la Ligue du droit international des femmes

Le 26 août 2014, 30 ans d'engagement de la Ligue du droit international des femmes célébrés au Flore, à quelques mètres des Deux Magots où Simone de Beauvoir la porta sur les fonts baptismaux...
Le 26 août 2014, 30 ans d'engagement de la Ligue du droit international des femmes célébrés au Flore, à quelques mètres des Deux Magots où Simone de Beauvoir la porta sur les fonts baptismaux...

En trente ans, la planète a changé, c'est un euphémisme de le constater. Les combats féministes menés hier en Europe et que l'on croyait achevés, tels l'égalité au travail ou le droit à l'avortement, doivent être recommencés. Tandis que d'autres fronts se sont ouverts au Sud, à l'Est ou au Nord. La Ligue du Droit international des femmes fondée sous les auspices de Simone de Beauvoir voilà trois décennies, tente d'alerter et de lutter, vaille que vaille avec ses quelques militantes toujours aussi décidées, malgré les chaos du monde. Leurs engagements sont retracés dans Photos Rebelles, un recueil présenté au très parisien café de Flore, dans le quartier de Saint Germain des Près là même où tout avait commencé.

dans
La coïncidence est fâcheuse : la Ligue du droit international des femmes avait choisi ce mardi 26 août 2014 pour célébrer trois décennies de luttes. Quelques heures plus tard, les droits des femmes étaient relégués en annexe du ministère de la santé dans le nouveau gouvernement français... De quoi faire aussitôt réagir ces disciples de Simone de Beauvoir : "Au lendemain de la loi du 4 août sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes que nous devions fêter lundi prochain, le coup porté est fatal : le nouveau gouvernement Valls 2 réduit les droits des femmes a un Secrétariat d'État. Ce remaniement sonne la fin d'un Ministère de plein exercice, promesse de François Hollande candidat en 2012 que les féministes avaient appelé de leurs vœux."

La physicienne Annie Sugier, l'avocate Linda Weil-Curiel et la politicienne belge Anne-Marie Lizin, trois féministes "historiques" qui se sont rencontrées autour de l'auteure du Deuxième sexe constituent aujourd'hui le trio de choc qui perpétue la tradition de coups d'éclat, portée par la Ligue du droit international des femmes. Après la révolution iranienne de 1979 qui vit les chefs de file religieux arriver au pouvoir, elles voulaient, comme Simone de Beauvoir en ce début des années 1980, donner une portée universelle aux droits des femmes, afin qu'ils ne soient plus soumis au relativisme culturel, une approche toujours contestée par d'autres courants féministes en Europe, Outre Atlantique et au delà, pour des raisons stratégiques ou ontologiques...

Réfugiées

Elle voulaient aussi alors obtenir des Nations unies et des Etats potentiels d'accueil que soit accordé le statut de "réfugiée politique" aux femmes victimes, sous toutes les latitudes, de violences masculines. L'aventure de ces trois rebelles a passionné le photographe belge Philippe Luc qui la retrace grâce à quelques clichés marquants de leurs actions des décennies passées.

“Le droit des femmes variait au gré des cultures comme si l'universalité n'existait pas“

26.08.2014Entretien avec Annie Sugier, présidente de la Ligue du droit international des femmes
“Le droit des femmes variait au gré des cultures comme si l'universalité n'existait pas“

Anne-Marie Lizin, Annie Sugier et Linda Weill Curiel aux Deux Magots en 2002 © Photos Rebelles
Anne-Marie Lizin, Annie Sugier et Linda Weill Curiel aux Deux Magots en 2002 © Photos Rebelles
Mères d'Alger

Dès 1984, elles adoptent des méthodes "musclées", pour se faire entendre en France et au delà. Ainsi elles manifestent bruyamment devant l'ambassade d'Algérie pour que les "mères d'Alger" obtiennent justice et puissent retrouver leurs enfants franco-algériens après des enlèvements par leur père de l'autre côté de la Méditerranée. Une bataille de plusieurs années pour faire évoluer le droit entre les deux pays - et aujourd'hui, ce passage par la loi ou la jurisprudence est toujours le but affiché du mouvement. Une démarche couronnée de succès : le 21 juin 1988, une convention est signée entre les deux pays.

Annie Sugier (tout à gauche) avec Simone de Beauvoir, à droite, en 1983 -  © Photos Rebelles Jean-Loup Sieff
Annie Sugier (tout à gauche) avec Simone de Beauvoir, à droite, en 1983 - © Photos Rebelles Jean-Loup Sieff
Excisées en France

La plus grande réussite de ce trio de choc touche à la sexualité des femmes, à l'excision et autres mutilations sexuelles pratiquées même en Europe, en France ou au Royaume Uni par exemple. Linda Weil-Curiel a donc revêtu sa robe d'avocate en se portant partie civile contre les actrices de l'excision en France, les mères qui envoient leurs petites filles se faire mutiler, les exciseuses qui les mutilent. Provoquant la polémique, elle est parvenue à force de plaidoiries dans de retentissants procès à faire condamner ces femmes, considérées alors plus comme des victimes, en particulier les mères enfermées dans leurs traditions, que comme des coupables.

Vingt ans après les premières procédures, le débat reste ouvert sur la meilleure stratégie, entre lois coercitives, éducation, persuasion, pour en finir avec ces pratiques déchirantes en Afrique ou en Asie - sans doute tout cela à la fois, comme le montrent les Afars en Ethipopie. Mais dans les pays d'immigration, de plus en plus de voix rejoignent celles de la Ligue du droit international des femmes, jusque dans la très communautariste Grande Bretagne. Linda Weil Curiel est aujourd'hui partout consultée en Europe pour mettre en place de nouvelles législations. D'anciennes "matrones" praticiennes et des mamans désemparées, condamnées, sont devenues ses amies, avec lesquelles elle a écrit des livres et parcouru le monde.

Interruption volontaire de grossesse

L'Europe, elles la mobilisent encore, sur un autre front, alors qu'elles ne pensaient plus devoir le faire : le droit à l'avortement, qu'elles voudraient voir inscrit en lettres capitales dans la Charte européenne des droits fondamentaux, prélude au traité constitutionnel européen, alors que partout des gouvernements, ou des formations ultra-conservatrices, tentent de le faire reculer en Espagne, en Pologne, en Irlande, en Italie, et même en France, près de 40 ans après cette conquête cardinale pour les Terriennes.

Courir sans tchador

Cette poignée de femmes firent bouger les lignes sur d'autres terrains. De sport d'abord, avec le Comité Atlanta+ lancé à l'occasion des Jeux olympiques de Barcelone qui réintégrèrent, après 30 ans d'exclusion pour cause d'apartheid, l'Afrique du Sud. Mais qui, dans le même temps, accueillaient 35 équipes nationales qui ne comptaient aucune sportive dans leurs rangs ! Elles enrôlent alors à leurs côtés des sportifs tels le navigateur Eric Tabarly. Leur objectif vise les JO suivants, ceux d'Atlanta précisément. Mais les soubresauts du monde font perdurer le comité au delà d'Atlanta, et entraînent les combattantes là où les femmes ne peuvent exercer leurs talents d'athlète, en Afghanistan ou en Arabie Saoudite par exemple.

Le rassemblement pour la première journée sans voile le 10 juillet 2014 en France n'a pas encore attiré les foules... Cliché Ligue du droit international des femmes
Le rassemblement pour la première journée sans voile le 10 juillet 2014 en France n'a pas encore attiré les foules... Cliché Ligue du droit international des femmes
Dévoilées

Aujourd'hui, à la croisement de ce combat sur les stades et dans les rues, alors que des sportives saoudiennes ou iraniennes participent aux plus hautes compétitions, voilées, la Ligue du droit international des femmes se radicalise autour de la laïcité. Elles appuient l'initiative d'habitantes d'Aubervilliers (banlieue Nord de Paris), exaspérées par la prégnance du foulard dans leur ville, et qui ont décidé de se mobiliser à l'instar des Québécoises en plein débat sur le sujet outre Atlantique : "Femmes sans voile, françaises et fières de leur origine maghrébine, nous sommes exaspérées d'être importunées sans cesse par des extrémistes religieux au sujet de notre tenue vestimentaire. Elle serait non conforme à leur interprétation du Coran qui rendrait sacré le port du voile qu'ils voudraient nous imposer. Nous, femmes sans voile d'Aubervilliers (France), adhérons totalement à l'action lancée par des femmes sans voile au Québec, qui appellent, le 10 Juillet 2014, à une journée sans voile, afin de dénoncer la condition des femmes qui sont voilées, peu importe où elles sont, qui elles sont, ou la raison pour laquelle elles portent le hijab, le niqab, la burqa, le tchador etc."

"On peut commencer un combat avec quelques femmes décidées, c'était le cas des quatre mères d'Alger et c'est le cas des quatre femmes d'Aubervilliers", souligne avec une certaine tendresse Annie Sugier.

C'est l'exaspération face aux remarques et aux insultes qui a poussé les deux "Nadia", françaises d'origine maghrébine, toutes deux porte-parole de leur mouvement et présentes pour les 30 ans de la Ligue, à s'engager ainsi. A l'évidence pour elles, le voile est bien plus qu'un simple vêtement, et, qui plus est, n'est pas lié directement à l'islam.

“A Aubervilliers, on voit de plus en plus de petites filles qui portent le voile, c'est intolérable“

28.08.2014
“A Aubervilliers, on voit de plus en plus de petites filles qui portent le voile, c'est intolérable“

La Ligue du droit international des femmes, elle même, n'échappe pas aux discussions enflammées à propos de ce resserrement autour de la laïcité, après les reculs pour les femmes surgis des révolutions arabes, même si celles-là sont loin d'être achevées. Ce 26 août, l'une des plus fidèles compagnes du mouvement posait la question : au nom de la défense de la laïcité doit-on aller jusqu'à défendre des dictatures féroces telles celle de Bachar Al Assad en Syrie ? La question risque malheureusement d'être posée longtemps encore...
Les deux derniers ouvrages publiés à l'initiative de la Ligue du droit international des femmes
Les deux derniers ouvrages publiés à l'initiative de la Ligue du droit international des femmes