Un mari condamné pour violences conjugales au Liban : une première

Tamara Harisi, première justiciable libanaise à bénéficier de l'application de nouvelle loi sur les violences conjugales - Source L'Orient le jour
Tamara Harisi, première justiciable libanaise à bénéficier de l'application de nouvelle loi sur les violences conjugales - Source L'Orient le jour

Son cas avait été mis en avant par l'Orient le jour. Le quotidien libanais francophone en avait fait un cas emblématique de l'application de la nouvelle loi d'avril 2014 pénalisant les violences conjugales, un grand pas en avant dans une société rétive à transcender ses blocages. Tamara Harisi violentée par son mari est la première femme à faire condamner son époux. Neuf mois de prison ont été infligés à l'homme violent. Une victoire certes, mais une peine trop douce pour les associations à l'origine de cette législation. 

dans
Un Libanais a été condamné à neuf mois de prison ferme pour avoir battu sa femme, une première au Liban depuis l'adoption d'une loi contre la violence conjugale en avril 2014. Hussein Ftouni a été également condamné à verser la somme de 20 millions de livres libanaises (9.700 euros) à son épouse Tamara Harissi, 22 ans, pour violences. L'ONG Kafa ("Assez" en arabe), qui a mené une campagne en faveur de la loi, a qualifié le verdict annoncé mardi 1er juillet 2014 de changement important, tout en critiquant la faible sentence rendue contre Ftouni.

"C'est le premier cas où le criminel est condamné sous la nouvelle loi" affirme Maya Ammar, coordinatrice de la communication à Kafa. "La condamnation est faible. Mais c'est certainement mieux que de le laisser libre comme a demandé son avocat. Il a été toutefois été condamné pour avoir battu sa femme et non pour tentative de meurtre", a-t-elle déploré. "Pour nous, il s'agit clairement d'une tentative de meurtre et il doit être condamné pour cette charge".

Des verrous difficiles à débloquer


Tamara Harissi avait raconté au journal anglophone libanais The Daily Star que son mari l'avait frappée pendant trois heures, lui attachant les pieds et lui cassant les doigts puis avait jeté de l'alcool sur elle, essayé de la brûler vive avant de quitter la maison en la menaçant de la tuer à son retour. Mme Harissi doit faire face maintenant au défi d'un divorce via un tribunal religieux.

La société libanaise est considérée au niveau des moeurs comme l'une des plus libérales du monde arabe, mais la législation du pays reste largement conservatrice. Les autorités religieuses étaient en grande majorité opposées à l'adoption d'une loi sur la violence conjugale, estimant que cela relevait de la vie privée. La peur du scandale est également responsable du silence entourant les femmes maltraitées, selon les militants, et les victimes refusent souvent de dénoncer leurs maris.

Tamara Harisi n'a pas 22 ans, et déjà une vie d'enfer derrière elle

04.07.2014récit TV5 Pascale Veysset, jt 64' TV5MONDE
Tamara Harisi n'a pas 22 ans, et déjà une vie d'enfer derrière elle

La marche vers la loi contre les violences conjugales au Liban dans Terriennes