Victoria Woodhull, 1ère candidate à la présidence des États-Unis, en 1872

Le 10 mai 1872, Victoria Woodhull est nommée candidate à la présidence des États-Unis lors d'une convention organisée par les mouvements pour le droit de vote des femmes. Une première dans l'histoire du pays. 

dans
Depuis son investiture par le parti démocrate, Hillary Clinton se targue d'être la première femme candidate à la présidentielle américaine pour ce scrutin 2016. Pourtant, la vraie pionnière s'appelait Victoria Woodhull. 
 
Son nom reste inconnu pour beaucoup d'entre nous, et pourtant, il y a 144 ans, elle était bien la première femme candidate à la présidentielle de novembre 1872. 
 
Victoria Woodhull avait été choisie par le "Equal rights party", créé à l'époque à l'issue d'une convention de l'association nationale américaine pour le droit de vote des femmes. 
 
Son colistier était un homme, un militant du nom de Frederick Douglass, ancien esclave devenu abolitionniste. 
 
A l'époque, leur candidature fait sensation, mais elle restera symbolique, et ce pour plusieurs raisons. Victoria Woodhull est une femme, et en ce temps-là, elle n'a pas encore le droit de vote. Les Américaines ne l'obtiendront dans le pays qu'en 1920, après la ratification du XIXe amendement de la constitution. 
 
Autre problème, Victoria Woodhull n'a que 34 ans au moment de se présenter. Or la constitution impose que le président ait au minimum 35 ans au moment de prendre son poste. Enfin, le jour du scrutin, elle est arrêtée pour publications obscènes dans l'hebdomadaire qu'elle dirigeait alors avec sa soeur. 
Victoria Woodhull, première femme candidate à la présidence des États-Unis, en 1872

Un parcours fascinant

Née le 23 septembre 1838, dans une famille de 10 enfants, elle utilise très jeune ses dons de médium pour gagner un peu d'argent sur les routes. Avec sa soeur Tennessee Claflin, elles deviennent les premières femmes agents de change à la bourse de New York.

Puis elle dirigeront ensemble un hebdomadaire radical intitulé Woodhull and Claflin's weekly dans lequel Victoria publiera la première traduction aux Etats-Unis du Manifeste du Parti communiste.    

Mais cette pionnière est surtout connue pour son militantisme féministe. Elle se bat pour le droit de vote des femmes et l'amour libre. Elle réclame que les femmes puissent choisir par exemple son mari, chose impossible dans cette Amérique du XIXe siècle où les femmes étaient assujetties aux hommes. Ses positions font scandale. 

Combien de votes obtint-elle le jour de scrutin ? L'histoire ne l'a pas retenu, tout comme elle semble avoir oublié son nom...