Afrique

Accords militaires avec la Russie : de Madagascar au Cameroun, Moscou en "phase d'accélération" en Afrique

Un accord militaire signé entre la Russie et Madagascar en janvier a été révélé par des agences de presse internationales en avril. AP/ Sergei Chirikov (23 octobre 2019). 
Un accord militaire signé entre la Russie et Madagascar en janvier a été révélé par des agences de presse internationales en avril. AP/ Sergei Chirikov (23 octobre 2019). 

Madagascar, puis le Cameroun. Ce mois-ci, la signature de deux nouveaux accords militaires de pays africains avec la Russie ont été révélés. Ces signatures interrogent sur les rapprochements entre certains États du continent et Moscou. 

Le 12 avril, un nouvel accord de coopération militaire a été signé discrètement entre le Cameroun et la Russie. Pour l’instant, les informations dont nous disposons sur cet accord sont limitées. Nos confrères de RFI évoquent notamment « l’échange d’opinions et d’informations en matière de politique de défense et de sécurité internationale, de développement des relations dans le domaine de la formation conjointe et l’entraînement des troupes ».  
 
(Revoir) : Cameroun-Russie : nouvel accord de coopération militaire entre Yaoundé et Moscou
Chargement du lecteur...
Mais c’est surtout sur le plan politique, en ce qui concerne le rapprochement entre le pays et la Russie, que cet accord est scruté. « Après avoir été absent du vote à l’ONU sur l’invasion de l’Ukraine, le Cameroun finit par prendre une position assez claire », avance Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS, autrice d’un article sur la perception de la Russie et de la guerre en Ukraine en Afrique.

Accord discret avec Madagascar

Avant le Cameroun, c’est une signature à Madagascar qui a attiré l’attention le mois dernier. 
 
Que signifient ces accords, en dehors du fait de rendre public des rapprochements, qui ne doivent pas faire plaisir aux Occidentaux ? Ils montrent une carte géopolitique en recomposition.
Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS
L’accord est un accord de coopération classique, d’après Laure Verneau, correspondante à Antananarivo. Il portait sur la formation des officiers malgaches, le transfert d’expertise ou encore le renouvellement des armes, comme ce qui lie le pays à d’autres États. Dans ce cas, c’est plutôt le contexte de signature qui a fait réagir. 
 
(Revoir) : Afrique - Russie : Madagascar signe un accord de coopération militaire avec Moscou
Chargement du lecteur...

Le général Richard Rakotonirina, ministre de la Défense malgache, s’est en effet rendu en janvier en Russie, notamment à l’usine Kalachnikov. Son déplacement n’a pas été rendu public jusqu’à ce qu’une agence de presse indienne, via l’agence russe Sputnik, ne le révèle le 1er avril. Et ce quelques jours après que l’accord ait pris effet. 
 
Dans le contexte de la crise ukrainienne, ce rapprochement a inquiété les Occidentaux. Le 2 mars, Madagascar s’était par ailleurs abstenu lors du vote de la résolution de l’ONU condamnant l’invasion russe. 

(Re)lire : Quels sont les réseaux pro-russes en Afrique ?

Une « phase d’accélération » des accords militaires

Entre 2017 et 2019, la Russie a signé vingt accords de ce type avec des pays africains, bien davantage que durant les années précédentes. 
 
Thierry Vircoulon évoque un processus qui s’est développé depuis la première crise ukrainienne en 2014, et qui pourrait encore s’élargir. « Cela fait partie de la politique africaine de Moscou, qui veut nouer des partenariats sécuritaires avec le plus de pays possibles », explique le chercheur associé à l’IFRI, qui coordonne l'Observatoire de l'Afrique centrale et australe.
 
Bien que les accords bilatéraux ne soient pas nouveaux, Caroline Roussy décrit récemment une « phase d’accélération ».
 
« Que signifient ces accords, en dehors du fait de rendre public des rapprochements, qui ne doivent pas faire plaisir aux Occidentaux ? Ils montrent une carte géopolitique en recomposition. Plusieurs champs existent dans la lutte d’influence, et il est possible que l’Afrique incarne à nouveau, malheureusement, un laboratoire ».


(Re)voir : Guerre en Ukraine : les pays africains sont-ils en train de créer un front des non-alignés ?

Chargement du lecteur...

Pour la chercheuse, cela confirme par exemple que le Cameroun n’est plus favorable, ou acquis à la France. « Ce n’est pas étonnant pour Moscou d’aller chercher des pays qui ne sont pas dans les meilleures dispositions par rapport à Paris, développe-t-elle. Un certain nombre de pays, défiants vis-à-vis de l’Occident, pourraient tomber dans l’escarcelle des Russes, dans cette période de bouleversement géopolitique ».  

 

Stratégie diplomatique de Moscou 

Dans ce cadre, Thierry Vircoulon rappelle que « l’offensive » russe est générale. « Cela concerne aussi bien les accords économiques que ceux de coopération militaire : ils font tous partie d’une offensive diplomatique ». 
 
De même, Caroline Roussy émet l’hypothèse que les contrats économiques soient déterminants dans la signature de cet accord militaire. En effet, le géant russe Gazprom est par exemple particulièrement engagé au Cameroun. 
 
 Cela fait partie de la politique africaine de Moscou, qui veut nouer des partenariats sécuritaires avec le plus de pays possibles
Thierry Vircoulon, chercheur associé à l’IFRI.
Thierry Vircoulon lie aussi la signature de ces contrats officiels à la présence des mercenaires de Wagner, puisque souvent les deux vont de pair, comme au Soudan ou en Centrafrique. 

(Re)lire : En Afrique, la Russie mène une guerre "pas contre des ennemis, mais pour s’implanter"

Ces accords, et leur communication publique qui peut gêner certains gouvernements comme à Madagascar, entrent donc surtout dans une stratégie de Moscou. La Russie a intérêt à montrer qu’elle n’est pas isolée diplomatiquement. 
 
Thierry Vircoulon cite ainsi l’exemple d’un projet de base navale au Soudan, évoqué en 2017 et relancé en mars 2022. « C’est tout à l’avantage des Russes de diffuser cette publicité. Le Soudan avait de son côté rétropédalé en 2021. Moscou fait beaucoup de publicité mais peu de chose en réalité. On ne sait pas trop ce qui est vraiment mis en œuvre dans ces accords », nuance-t-il. 

(Re)voir : Opération séduction de la Russie sur le continent africain
Chargement du lecteur...
 

Effet de loupe ? 

La Russie ne reste toutefois qu’un partenaire parmi d’autres ; ces accords sont signés par les pays africains avec plusieurs autres États dans une logique de diversification. « Beaucoup de pays du continent ont une faible capacité militaire. Il y a aussi un tas d’autres petites puissances qui sont entrées sur le marché assez compétitif de la sécurité africaine», insiste le chercheur. 
 
Parallèlement, Caroline Roussy met en garde contre un éventuel « effet de loupe ». La Russie et ses partenaires sont particulièrement sous le radar occidental, à l’heure de l’invasion en Ukraine. Elle rappelle par exemple que beaucoup de pays africains achètent depuis longtemps des armes à la Russie, considérées comme « les plus compétitives du marché ». 
 
(Re)voir : Mali : la Russie livre des armes au gouvernement malien 
Chargement du lecteur...
Le pays est ainsi le principal fournisseur d’armement du continent. Vente d’armes et signature d’accords militaires : un « tandem » en termes de coopération, décrit Thierry Vircoulon. « Moscou cherche à avoir une base militaire en Afrique ; de plus en plus de pays sont concernés par ce type d’accords. Sa présence économique est encore limitée, le cœur de ce qu’elle a à vendre reste le militaire », précise le chercheur. 
 
« Et c’est là qu’il va y avoir un problème, conclut-il. La réputation militaire de la Russie pâtit de la guerre en Ukraine. Et l’armée russe ne pourra peut-être pas continuer à exporter autant qu’avant. C’est un vrai point d’interrogation pour le futur de Moscou dans ce domaine ».