Afrique

Afrique du sud : l'ANC attend le nom du successeur de Jacob Zuma

Chargement du lecteur...

Qui va remplacer Jacob Zuma à la tête de l'ANC, le célèbre parti de Nelson Mandela ? Le duel s'annonce serré entre l'ex-épouse du chef de l'État, Nkosazana Dlamini Zuma et l'actuel vice-président Cyril Ramaphosa. 

dans

Tout comme le vote, le dépouillement devrait prendre plusieurs heures. Plusieurs longues heures de suspens avant de savoir qui de Nkosazana Dlamini Zuma et de Cyril Ramaphosa succèdera à Jacob Zuma à la tête du Congrès national africain le célèbre ANC.

D'un côté, l'ex femme du président, ex ministre et ex patronne de la commission de l'Union africaine sensée incarner la continuité et soutenue par la Ligue des femmes.
De l'autre, un ancien syndicaliste devenu entrepreneur et vice président du pays, qui lui est sensé incarner le changement en matière de politique économique.
Si Cyril Ramaphosa semble se présenter en position de force, le scrutin pourrait être serré. Plus de 4700 délégués de l'ANC ont été appelés à se prononcer, venus des neuf provinces du pays.
 
J'accepterai les résultats quelque soit l'issue du vote. Cyril est notre camarade, mais peu importe qui devient notre président, nous n'avons pas le choix, nous devrons le ou la soutenir.

Morulaganyi Segoe, délégué de l'ANC du Nord-Ouest 
ça doit être une femme. J'ai 62 ans, je veux voir une femme présidente avant de quitter ce monde.
 
Pacience Nomodi, déléguée de l'ANC du KwaZulu-Natal

L'enjeu de ce scrutin dépasse le parti  car qui prend la tête du parti avait jusqu'à présent de grandes chances de prendre la tête du pays. Les prochaines élections générales auront lieu  en 2019 mais l'ANC doit avant tout se relever. La formation de Nelson Mandela a perdu de sa crédibilité au fil des ans surtout sous l'ère Jacob Zuma. Une ère considérée comme celle du règne de la corruption, des affaires, de la débâcle économique aussi.
Une carte à jouer pour Cyril Ramaphosa, qui bénéficie du soutien des milieux d'affaires et se pose en monsieur propre.
Quant à l'avenir de Jacob Zuma, il pourrait bien se jouer plus rapidement que prévu. Rien ne dit qu 'il pourra aller jusqu'au bout de son mandat.