Afrique

Afrique du Sud: le NFT du mandat d'arrêt de Mandela vendu aux enchères 130.000 dollars

La statue de Nelson Mandela devant le centre de détention de Drakenstein, Le Cap, 26 février 2012.
La statue de Nelson Mandela devant le centre de détention de Drakenstein, Le Cap, 26 février 2012.
(AP Photo/Schalk van Zuydam)

La reproduction numérique sous forme "NFT" de l'unique mandat d'arrêt contre le héros de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, retrouvé et conservé dans des archives, a été vendue plus de 130000 dollars par un acheteur en ligne. 

Une version NFT d'un mandat d'arrêt contre l'icône sud-africaine Nelson Mandela, a permis de récolter 130.550 dollars lors d'une vente aux enchères dont les recettes seront destinées à un musée sur l'histoire de la lutte contre l'apartheid. 

Le premier président noir d'Afrique du Sud avait été arrêté le 5 août 1962, puis emprisonné pendant 27 ans. 

(Re)lire : Que sont les NFT, ces certificats numériques qui peuvent valoir une fortune ?

Les recettes du NFT Mandela iront au musée Liliesleaf, pour qu'il garde ses portes ouvertes et se remette à flotAhren Posthumus, PDG de la plateforme numérique d'enchères Momint

Le prix de réserve lors de la vente aux enchères de samedi soir au Cap était de 900.000 rands (61.800 dollars), mais les jetons non fongibles, ou NFT, "ont été vendus 1,9 million (130.550 dollars) par un acheteur en ligne", a déclaré dimanche à l'AFP Ahren Posthumus, PDG de la plateforme numérique d'enchères Momint. 

"Les recettes du NFT Mandela iront au musée Liliesleaf, pour qu'il garde ses portes ouvertes et se remette à flot", a précisé Posthumus. 

Liliesleaf Farm a fermé ses portes en septembre 2021 en raison de difficultés financières. 

(Re)lire : Afrique du Sud : une corne virtuelle de rhinocéros NFT agite le marché de l'art

La vente d'œuvres d'art sous forme de jetons non fongibles, ou NFT, utilise la même technologie que les crypto-monnaies comme le bitcoin. L'acheteur reçoit un jeton numérique vérifié, qui prouve que l'œuvre d'art est un original. "C'est vraiment une façon unique et nouvelle de générer des revenus", a déclaré à l'AFP Nicholas Wolpe, fondateur du musée Liliesleaf Farm.

Le mandat d'arrêt original écrit à la main en anglais et en afrikaans

Le document original, daté de 1961, aujourd'hui jauni et portant des trous d'agrafes sur un côté, est écrit à la main en anglais et en afrikaans. 

Il est conservé aux archives du musée Liliesleaf Farm à Johannesburg depuis environ 2006, selon M. Wolpe. 

Entre 1961 et 1963, la ferme, située dans une banlieue huppée de Johannesburg, a servi de quartier général secret au Congrès national africain (ANC), alors interdit, en lutte contre la domination de la minorité blanche. 

Mandela s'y est caché pendant un temps, déguisé en ouvrier agricole, vêtu d'une salopette, avant de partir collecter des fonds pour sa cause à l'étranger.