Afrique

Afrique du Sud: un "roi" autochtone arrêté pour du cannabis, relaxé

Le "roi khoisan" (2e g) fume du "dagga" à sa sortie du tribunal, le 13 janvier 2022 à Pretoria, en Afrique du Sud
Le "roi khoisan" (2e g) fume du "dagga" à sa sortie du tribunal, le 13 janvier 2022 à Pretoria, en Afrique du Sud
afp.com - Phill Magakoe
afp.com - John Dinky MKHIZE

Un "roi" d'une communauté autochtone d'Afrique du Sud arrêté la veille au cours d'une opération musclée de police pour cultiver du cannabis devant la présidence à Pretoria, où des membres du peuple khoïsan campent en signe de protestation depuis plus de trois ans, a été relaxé jeudi.

A peine après avoir franchi les portes du tribunal qui lui a donné un simple avertissement, celui qui se fait appeler "roi khoisan", pieds nus et vêtu d'un pagne, a allumé un joint, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La veille, plus d'une vingtaine de policiers, en tenue anti-émeute ou à cheval, sont intervenus devant le siège du gouvernement sud-africain pour arracher des plants de cannabis cultivés par les militants qui occupent une partie de la pelouse présidentielle pour réclamer la reconnaissance officielle de leurs langues et des terres.

La police a confirmé avoir arrêté quatre personnes pour "trafic de dagga, plantation et culture illégales". La consommation et la détention à usage privé de cannabis sont tolérées en Afrique du Sud depuis 2018. Mais son usage en public et sa commercialisation restent punis par la loi.

Entourés d'autres représentants du peuple autochtone, le "roi khoisan" a dénoncé son arrestation devant les journalistes: "C'est une claque pour la première nation d'Afrique du Sud. Nous avons dit que nous allions respecter leurs lois et leurs lois nous ont mis en prison pour fumer du +dagga+", nom donné localement au cannabis.

Déplorant une nouvelle "injustice", l'homme portant une peau de bête sur la tête a déclaré qu"il est temps pour la première nation de guérir" et lancé un appel au gouvernement sud-africain à "engager" des discussions.

Longtemps désignés sous le nom de Bushmen, les Khoïsan étaient appelés Hottentots par les colons hollandais débarqués en Afrique du Sud au XVIIe siècle, en référence à leurs langues à clics.

Chargement du lecteur...