Afrique

Afrique du Sud : une corne virtuelle de rhinocéros NFT agite le marché de l'art

Image d'illustration d'une corne de rhinocéros. 
Image d'illustration d'une corne de rhinocéros. 
AP Photo/Michael Probst

La première corne de rhinocéros virtuelle au monde a été vendue aux enchères ce jeudi 11 novembre  en Afrique du Sud. La somme récoltée doit servir à la lutte pour protéger cette espèce menacée. Comment les NFT, ces "jetons" qui garantissent l'authenticité des œuvres numériques, révolutionnent-ils le marché de l'art ?

Une réplique numérique d'une corne de rhinocéros a été vendue aux enchères pour 6000 euros en Afrique du Sud. Les défenseurs de l'environnement profitent de l'engouement pour les NFT afin de récolter des fonds pour protéger les vrais rhinocéros. La réplique numérique de la corne est bien associée à une corne physique et réelle, conservée en lieu sûr. 

Les NFT (Non Fungible Token) sont des jetons virtuels qui permettent de vendre des œuvres diffusées sur Internet. Ils justifient la possession d’un bien et son authenticité, c’est-à-dire qu’il s’agit bien de la création originale et non d’une copie. En se procurant ces jetons, les acheteurs deviennent leur unique propriétaire.

Rien qu’au premier trimestre de 2021, les ventes d’art NFT auraient dépassé les 2,2 milliards de dollars. Comment expliquer un tel succès dans le secteur ?

Quand on dit qu’on crée un NFT, on inscrit une carte d’identité de l’œuvre d'art dans la blockchain. L'avantage, c'est que quand on écrit une transaction dans cette blockchain, elle ne disparaît jamais.

Albertine Meunier, artiste et collectionneuse de NFT

Un gage de propriété sûr pour le collectionneur

L'homme d'affaires du Cap Charl Jacobs, l'heureux acquéreur de la corne, partage sa confiance dans ce nouvel achat . "Dans le pire des cas, si la situation des rhinocéros devenait un jour vraiment critique, je posséderai toujours une corne de rhinocéros, car le NFT est un gage de la corne de rhinocéros physique."Pourquoi le NFT est-il si sûr  ? 


Albertine Meunier, elle-même artiste et collectionneuse de NFT nous explique. "Dans le cas de la corne de rhinocéros, le collectionneur a acquis deux choses : l’œuvre physique et le certificat de propriété, le NFT"

Revoir : Les crypto-monnaies dans le marché de l'art

Chargement du lecteur...

En effet, les NFT sont des titres de propriété qui permettent de certifier que nous sommes bien détenteurs d’un actif numérique unique, une image, un GIF, une animation 3D. Les NFT sont inscrits au sein d'un registre de partage de données décentralisé et sécurisé, la blockchain.

"Quand on dit qu’on crée un NFT, on inscrit une carte d’identité de l’œuvre d'art dans la blockchain. L'avantage, c'est que quand on écrit une transaction dans cette blockchain, elle ne disparaît jamais. Un papier, ça se perd, un NFT, ça ne se perd pas" ajoute Albertine Meunier. Et c’est là toute la spécificité.

Qu'est-ce que la blockchain ? 

La blockchain est une technologie qui permet à ses utilisateurs - connectés en réseau - de partager des données sans intermédiaire (banque, entreprises ou autre).  Il s’agit d’un registre unique de transactions décentralisé, transparent, et infalsifiable.

Les NFT, titres de propriété, reposent sur la technologie blockchain. Cette technologie leur permet de bénéficier de sa traçabilité et de son aspect infalsifiable.

Mr Ahren Posthumus, directeur de Monmint, l'entreprise marketing à l'orgine de la vente de la première corne de rhinocéros NFT explique la spécificité de la blockchain. Elle "n'est pas contrôlée par un gouvernement, une entreprise ou une entité. C'est complètement libre, ouvert et transparent et ce sont des gens du monde entier qui la gèrent. Il s'agit d'une véritable communauté. Ce qui est vraiment puissant, c'est qu'elle est inviolable et inaltérable."

 Ce n’est pas comme si vous vendiez votre corne de rhinocéros sous le manteau, que vous ne saviez pas qui l’a acheté ou ce qu'elle est devenue

Albertine Meunier, artiste et collectionneuse de NFT

Une meilleure traçabilité de l’œuvre

Le fait de passer par la blockchain permet de suivre l'historique de l'œuvre, même après l'avoir vendue. N’importe qui peut vérifier qui est le propriétaire d’un NFT directement sur la blockchain. Toutes les transactions qui sont opérées sont visibles de tout le monde.

"Supposez que la corne de rhinocéros soit vendue à un autre collectionneur, alors la transaction est traçable", explique Albertine Meunier. "Ce n’est pas comme si vous vendiez votre corne de rhinocéros sous le manteau, vous ne savez pas qui l’a acheté ou ce que ça devient." Vous savez quand c’est une copie parce qu’il y a un historique.

Garantir le caractère infalsifiable de l'œuvre

De la même façon qu’on ne peut pas remplacer une œuvre d’art par une autre, les NFT ne sont pas interchangeables, car ils sont signés.


C'est ce que nous explique Albertine Meunier. "À un bien physique, on associe un bien numérique. L'objet physique, la corne physique, doit être gravé de la signature du NFT.  Sinon, ils sont dissociables."

La signature permet de montrer que l’on en est l’unique possesseur. C'est la même chose dans le marché de l'art classique. Une réplique de la Joconde n’a pas beaucoup de valeur, c’est bien le consensus et la signature de Leonardo De Vinci qui apportent la valeur à l’originale.

Avec les NFT, vous n’avez pas à travailler avec des galeristes et des institutions. Vous êtes en lien direct avec vos collectionneurs, ceux qui achètent l'œuvre
 

Albertine Meunier, artiste et collectionneuse de NFT

Une décentralisation du marché au profit des artistes

Passer par une plateforme NFT permet aux artistes de travailler directement avec les collectionneurs et les acheteurs. "Quand vous êtes artiste, vous attendez le galeriste, vous attendez l’exposition, vous ne recevez un pourcentage que de seulement 50%. Vous êtes dépendant" nous explique Albertine.

Il se trouve que les plateformes de NFT permettent de décentraliser les échanges.  "Avec les NFT, vous n’avez pas à travailler avec des galeristes et des institutions. Vous êtes en lien direct avec vos collectionneurs, ceux qui achètent l'œuvre."

Les plateformes NFT prennent une commission aux artistes bien moins importante que les galeristes et les institutions. "Si vous vendez une œuvre sur une plateforme de NFT, elle ne va prendre que 5 à 10% de vos gains. Aucune galerie, aucune institution ne fait ça.

Grâce à la blockchain, Albertine Meunier a pu réinvestir dans l’achat d’œuvres digitales et devenir collectionneuse. Ces nouveaux modes d'échanges pourraient bien révolutionner le marché de l'art dans les prochaines années. Mais le NFT n’est pas seulement applicable à l’Art contemporain. Il est utilisé dans les jeux vidéo, dans le métavers.  Il est possible de détenir une partie du metaverse, sous forme de NFT.

(Re)lire : Que sont les "métavers", la nouvelle expérience web de Facebook ?