Afrique

Incendies en Algérie : 38 personnes meurent dans les flammes

La carcasse d'un animal mort après les incendies qui ont ravagé le parc national d'El-Kala dans la région d'El Tarf près de la frontière avec la Tunisie. 
La carcasse d'un animal mort après les incendies qui ont ravagé le parc national d'El-Kala dans la région d'El Tarf près de la frontière avec la Tunisie. 
© AP Photo/Mohamed Ali

Les pompiers continuent de lutter contre 24 feux de forêts dans le nord et l'extrême est du pays. Trente-huit personnes ont péri, dont plus d'une dizaine d'enfants à El Tarf. Les médias locaux font état de plus de 200 blessés. La catastrophe humaine et environnementale ravive le spectre de l'été 2021, le plus meurtrier de l'histoire moderne du pays.

Le bilan s'est alourdi avec 38 morts parmi lesquels 11 enfants et six femmes à El Tarf, dans l'extrême est du pays, près de la frontière avec la Tunisie, cinq à Souk Ahras, deux femmes à Sétif et une personne à Guelma, dans l'est, selon la protection civile et des médias locaux qui ont aussi fait état de plus de 200 blessés parmi lesquels 10 pompiers.

Le ministère de la Justice a ouvert une enquête visant à déterminer si les incendies étaient d'origine criminelle après des déclarations du ministre de l'Intérieur selon lesquelles "certains des incendies ont été provoqués".

1.700 pompiers toujours mobilisés

Selon la protection civile, 24 feux sont encore en cours dans sept préfectures. Durant les dernières 24 heures, 1.700 pompiers ont été mobilisés pour éteindre 118 foyers à travers 21 préfectures. L'armée et la protection civile utilisent aussi des hélicoptères bombardiers d'eau. 

Sur la route vers El Kala, près de El Tarf, une ville de 100.000 habitants, "une tornade de feu a tout emporté en quelques secondes, la plupart des morts ont été encerclés alors qu'ils visitaient un parc animalier", a décrit à l'AFP un journaliste local.

Des images télévisées impressionnantes montrent des habitants de cette ville fuyant leurs maisons face aux flammes.

A l'hôpital d'El Kala, sur "72 personnes prises en charge, neuf sont en réanimation, neuf sont mortes et les autres sont reparties", a déclaré à l'AFP un cadre du secteur de la santé de la wilaya d'El Tarf.

Le Premier ministre, Aymen Benabderrahmane, arrivé ce 18 août à El Tarf, a présenté les condoléances du président Abdelmadjid Tebboune aux familles et assuré que les "autorités mettaient en oeuvre tous les moyens" pour soigner les blessés et éteindre les feux encore en cours.
 

Le Premier ministre Aimene Benabderrahmane près d'un village sinistré de la région d'El Tarf.
Le Premier ministre Aimene Benabderrahmane près d'un village sinistré de la région d'El Tarf.
© AP Photo/Mohamed Ali

5 incendies toujours pas maîtrisés à Souk Ahras

Près de Souk Ahras, à environ 200 km de là, cinq incendies ne sont toujours pas maîtrisés. La veille, le feu avait provoqué des scènes de panique en se rapprochant de cette ville d'un demi-million d'habitants. Au moins 350 familles ont quitté leur logement, un hôpital évacué. 

La gendarmerie a fermé plusieurs routes à cause des incendies.

"Trente-neuf incendies dans 14 wilayas (préfectures) sont en cours", avait indiqué dans l'après-midi la protection civile, en précisant que la wilaya d'El Tarf enregistrait le plus grand nombre d'incendies avec 16 feux, dont un bon nombre toujours en cours.

Une forêt carbonisée après un incendie près du village d'Achlouf, en Kabylie, à l'est d'Alger, le vendredi 13 août 2021. Des dizaines d'incendies ont commencé à dévorer les flancs boisés de la région berbère lundi. Le président a déclaré une période de deuil de trois jours pour honorer les vies perdues.<br />
AP Photo/Toufik Doudou
Une forêt carbonisée après un incendie près du village d'Achlouf, en Kabylie, à l'est d'Alger, le vendredi 13 août 2021. Des dizaines d'incendies ont commencé à dévorer les flancs boisés de la région berbère lundi. Le président a déclaré une période de deuil de trois jours pour honorer les vies perdues.
AP Photo/Toufik Doudou

Selon la télévision privée Ennahar, une cinquantaine de personnes sont hospitalisées à El Tarf, une ville d'environ 100.000 habitants.

Des hélicoptères bombardiers d'eau sont intervenus dans trois préfectures dont Souk Ahras, localité d'environ 500.000 habitants. Ceux de la protection civile sont épaulés par des hélicoptères de l'armée.

L'Algérie a affrété un avion bombardier d'eau russe Beriev BE 200. Mais après être intervenu sur différents incendies, il a subi une panne et ne sera à nouveau opérationnel qu'à partir de samedi 20 août, selon Kamel Beldjoud.

Ces incendies ravivent des plaies et le débat sur l'absence d'avions bombardiers d'eau en nombre suffisant, qui avait déjà agité le pays l'été dernier.

Annulation de contrat

Selon le site Mena Defense, à la suite de leur brouille avec l'Espagne, les autorités algériennes ont annulé un contrat avec la société espagnole Plysa, filiale spécialisée de la compagnie aérienne Air Nostrum, pour la fourniture de sept avions bombardiers d'eau.

Fin juin, l'Algérie a suspendu un "traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération" conclu en 2002 avec l'Espagne, après le revirement de Madrid sur le dossier du Sahara occidental pour s'aligner sur la position du Maroc.

Un avion français déverse de l'eau sur un incendie près du village de Toudja. <br />
AP Photo/Toufik Doudou
Un avion français déverse de l'eau sur un incendie près du village de Toudja. 
AP Photo/Toufik Doudou

Aucun plan B n'a été prévu pour remplacer l'ensemble de ces avions espagnols, selon différents médias.

Lors d'un séminaire algéro-canadien sur la lutte contre les feux de forêt, des spécialistes avaient recommandé en mai dernier "la mise en place d'un dispositif national de lutte au moins équivalent à celui qui existait dans les années 1980", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat un expert qui participait aux débats.

A l'époque, "la DTA (direction du travail aérien) disposait de 22 appareils de type Grumman qui faisaient la fierté de l'Algérie notamment en matière de lutte contre les feux de forêt", a ajouté l'expert, selon lequel les appareils "ont été vendus au dinar symbolique sans qu'aucune solution de rechange ne soit proposée".

(Re)lire Algérie : les incendies révèlent le manque de moyens de l’État


Depuis le début du mois d'août, 106 incendies ont éclaté en Algérie, détruisant 800 hectares de forêt et 1.800 hectares de taillis, a précisé le ministre de l'Intérieur.

"Certains de ces incendies sont provoqués", a affirmé Kamel Beldjoud. Avec les 26 morts de mercredi, le bilan de l'été 2022 grimpe à 30 morts.

Pays le plus étendu d'Afrique, l'Algérie ne compte que 4,1 millions d'hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%.

Chaque année, le nord du pays est touché par des feux de forêt, mais ce phénomène s'accentue d'année en année sous l'effet du changement climatique.

L'été 2021 a été le plus meurtrier: au moins 90 personnes sont mortes dans des feux de forêt qui ont ravagé le Nord, où plus de 100.000 hectares de taillis sont partis en fumée.

(Re)lire Incendies en Algérie : la solidarité au coeur du dispositif de secours

Le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.