Afrique

Algérie : la visite du ministre israélien de la Défense au Maroc provoque la colère d'Alger

Le ministre de la Défense israélien Benny Gantz accueilli par le MAE marocain Nasser Bourita à Rabat, le 24 novembre. Le Maroc et Israël ont signé lors de cette visite un accord de coopération sécuritaire qui va faciliter l'acquisition par Rabat de technologies de l'industrie militaire israélienne.
Le ministre de la Défense israélien Benny Gantz accueilli par le MAE marocain Nasser Bourita à Rabat, le 24 novembre. Le Maroc et Israël ont signé lors de cette visite un accord de coopération sécuritaire qui va faciliter l'acquisition par Rabat de technologies de l'industrie militaire israélienne.
© AP Photo/Mosa'ab Elshamy

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz s’est rendu au Maroc ce 25 novembre où il a signé un accord de coopération sécuritaire. La réaction en Algérie ne s’est pas fait attendre : le président du Sénat Salah Goudjil a estimé que son pays était "visé" par cette visite du ministre israélien.

"Les ennemis se mobilisent de plus en plus pour porter atteinte à l'Algérie" qui est "visée" par cette visite a déclaré Salah Goudjil, deuxième personnage de l'Etat algérien, cité par l'agence officielle APS. Le président du Sénat s'est exprimé à l'issue de l'adoption de la loi de finances 2022. Il a évoqué également le déplacement en août dernier du ministre des Affaires Étrangères, Yaïr Lapid en déclarant qu’il avait "menacé l'Algérie à partir du Maroc et il n'y a eu aucune réaction du gouvernement marocain".

Le 24 novembre, le Maroc et Israël ont signé lors de la visite de M. Gantz un accord de coopération sécuritaire qui va faciliter l'acquisition par Rabat de technologies de l'industrie militaire israélienne.

(RE)lire : Le Maroc et Israël signent un accord de coopération sécuritaire

Cette visite suscitait ce 25 novembre des commentaires outrés des médias algériens.

"Ce qu’il n’a pas fait avec l’Egypte et la Jordanie en 43 ans et 27 ans de relations respectivement, Israël le fait avec le Maroc après seulement 11 mois de reconnaissance mutuelle", a écrit le site d'information en ligne Tout sur l'Algérie (TSA).

"Ce pas de plus dans la compromission (...) ouvre la voie au Mossad israélien pour poser les deux pieds à la frontière ouest de l'Algérie, avec tout ce que cela suppose comme menace sur la sécurité de tout le Maghreb", a pour sa part affirmé le quotidien L'Expression.

La visite de Benny Gantz intervient alors qu'Alger a rompu, en août, ses relations avec Rabat en raison "d'actions hostiles" du royaume et que le Front Polisario a décidé d'"intensifier" sa lutte armée contre le Maroc au Sahara occidental.

Le 1er novembre, trois Algériens qui effectuaient la liaison entre la Mauritanie et l’Algérie ont été tués dans un raid attribué à l’armée marocaine. Depuis la tension est montée d’un cran entre les deux pays. Les relations sont exécrables : fin octobre, le président algérien Tebboune avait fermé le gazoduc passant par le Maroc.