Afrique

Algérie : le "cocaïnegate" enflamme le pays

Chargement du lecteur...
©S. Rodier, V. Perez / TV5MONDE

La saisie record de 700 kg de cocaïne à Oran,  il y a un peu plus d'un mois,  entraîne depuis des limogeages, des remplacements en cascade, et une guerre de clans entre la police et l'armée. Le tout, à moins d'un an de l'élection présidentielle.

dans

Depuis la fin du mois de mai, l'histoire du trafic de drogue algérien a pris une nouvelle dimension. Dans un container, 701kg de cocaïne pure ont été retrouvés. Du jamais vu. L'armée, sur renseignements des services secrets espagnols, vient d'arraisonner un bateau. Du jamais vu, encore: la police est totalement écartée.

"Et en plus le patron de la police, le tout puissant chef Abdelghani Hamel est écarté sans ménagement", ajoute l'éditorialiste de TV5MONDE Slimane Zeghidour. "Il y a donc quelque chose qui va au delà d'une affaire classique de narcotrafic."

Kamel Chikhi, "Le Boucher"

Récapitulons : le bateau Vega Mercury vient du Brésil, avec de la viande destinée au marché algérien ; il fait escale à Valence en Espagne, l'armée algérienne le stoppe au large d'Oran. Les containers sont destiné à un homme sulfureux : Kamel Chikhi, surnommé "Le Boucher".

Un homme aux ramifications impressionnantes dans les milieux politiques. L'affaire devient un séisme, à dix mois de la présidentielle, comme le précise notre correspondant en Algérie, Khaled Drareni.

"Kamel le boucher est très lié avec beaucoup d'hommes politiques et des responsables...  Ce n'est pas juste lui qui a été arrêté, mais aussi le fils d'un ancien Premier ministre, le chauffeur de l'ex-chef de la police, d'autres responsables politiques et militaires et même des juges et des magistrats."

Cocaïne et armes

Pour lui, "le président Bouteflika-sans doute candidat à sa réélection-et son entourage ne veulent pas de problèmes, c'est pour cela qu'ils ont fait le ménage autour d'eux."

Mais la drogue elle-même est une question : la cocaïne est rarissime dans ce pays. Pour Slimane Zeghidour, "elle serait vouée à d'autres objectifs, notamment le financement d'achat d'armes. C'est la rumeur agitée par différents commentateurs officiels et officieux..."

Une forme d'omerta règne sur ce "cocaïnegate", comme on le surnomme en Algérie. La poudre recèle encore de nombreux secrets.