Algérie : l'opposant Rachid Nekkaz autorisé à se faire soigner à l'étranger

L'opposant algérien Rachid Nekkaz, libéré en janvier à la faveur d'une grâce présidentielle et se disant malade d'un cancer, a annoncé que le chef de l'Etat avait ordonné la levée de l'interdiction de se rendre aux Etats-Unis, où se trouve sa famille, pour se faire soigner.
Image
Nekkaz alger presse
Photo d'archive. L'homme d'affaires et homme politique algérien Rachid Nekkaz tient une conférence de presse dans la rue à Alger, 10 mars 2021.
(AP Photo/Anis Belghoul)
Partager2 minutes de lecture

"Après 1.200 jours d'emprisonnement, d'assignation à résidence et d'interdiction de quitter le territoire, le président Abdelmadjid Tebboune a finalement ordonné la levée de l'interdiction de quitter le territoire national imposée à Rachid Nekkaz depuis 2019", a écrit l'opposant dans une lettre reçue samedi par l'AFP.

M. Nekkaz a remercié le président Tebboune d'avoir répondu à un message qu'il avait envoyé la semaine dernière "lui demandant d'intervenir personnellement, afin qu'il puisse quitter le pays légalement et subir une intervention chirurgicale dès que possible".

Dans sa lettre, l'opposant a précisé qu'il était notamment atteint d'une grave maladie des yeux et d'un cancer de la prostate.

Renoncement à la vie politique

Il avait été libéré le 18 janvier pour "raisons humanitaires" après avoir été condamné à cinq ans de prison en juillet 2022 pour avoir appelé au boycott de la présidentielle de 2019.

Sa libération était intervenue deux semaines après l'annonce de son abandon de la vie politique dans une lettre rédigée depuis sa cellule et remise à ses proches.

Dans cette lettre publiée le 2 janvier sur Facebook, il écrivait s'être "résigné par la force des choses à arrêter la politique en Algérie", ajoutant avoir également écrit au président Tebboune le 10 décembre pour l'informer "officiellement" de sa décision.

Il indiquait aussi désirer "désormais se consacrer exclusivement à la résolution de ses problèmes de santé, à l'écriture et à sa famille (...) abandonnée égoïstement aux Etats-Unis depuis 10 ans".

Incarcéré depuis mai 2021, M. Nekkaz avait déjà été emprisonné de décembre 2019 à février 2021 pour notamment "incitation à la violence par le biais des réseaux sociaux".

(Re)lire : Présidentielle en Algérie : qui est Rachid Nekkaz, celui qui veut faire tomber Bouteflika ?