Afrique

Algériens bloqués à Paris : l'ambassadeur de l’Algérie ferme la porte à un rapatriement

Mohamed Antar Daoud, l'ambassadeur de l’Algérie en France, s'exprime sur la chaîne Canal Algérie au sujet des 27 ressortissants Algériens bloqués à l’aéroport Roissy CDG.
Mohamed Antar Daoud, l'ambassadeur de l’Algérie en France, s'exprime sur la chaîne Canal Algérie au sujet des 27 ressortissants Algériens bloqués à l’aéroport Roissy CDG.
Visas & Voyages Algérie / Youtube

Les frontières de l'Algérie fermées depuis un an, 27 ressortissants algériens sont bloqués depuis plus d'un mois dans un terminal de l’aéroport Roissy CDG de Paris. L’ambassadeur de l’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud affirme que les "vols de rapatriement ne les concerne pas". Ces Algériens ne seraient pas "munis d'un passeport établis en Algérie" mais "en Grande-Bretagne".  

Ils ne sont pas prêt de rentrer au pays. Alors que les frontières Algériennes sont fermées depuis plus d’une année, "27" ressortissants Algériens sont bloqués à l'aéroport de Roissy depuis le mois de février. Parce qu'ils viennent, pour la plupart, de Londres, l'Algérie leur refuse l'embarquement en direction d'Alger.

 

On ne mettra pas en danger la vie de 45 millions d’Algériens pour 27 personnes

Mohamed Antar Daoud, ambassadeur de l'Algérie en France



Interrogé par la chaîne Canal Algérie ce mardi 7 avril, l’ambassadeur de l’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud, a évoqué les raisons du refus de l'Algérie de les rappatrier. 


Sur le plan sanitaire, Mohamed Antar Daoud déclare que l'Algérie "ne mettra pas en danger la vie de 45 millions d’Algériens pour 27 personnes". Et de défendre la gestion de la pandémie de coronavirus du pays, "l’Algérie est l’un des rares pays au monde à avoir aujourd’hui, avec la Chine, un taux de contamination à deux chiffres"

(Re)voir : France, des Algériens bloqués depuis un mois à Roissy

Chargement du lecteur...


Pour le premier responsable de la diaspora Algérienne en France, "les vols de rapatriement concerne seulement les gens munis d’un passeport établis en Algérie, or il s’agit de ressortissants établis en Grande-Bretagne". Selon le diplomate, l’Algérie a fait "plusieurs propositions", mais les "27" ressortissants "s’entêtent à rester en zone internationale".

A lire : Coronavirus, la détresse des milliers d'Algériens bloqués à l'étranger

Sur les réseaux sociaux, les déclarations de Mohamed Antar Daoud ont sucité de vives réactions. Le groupe Facebook "Les Algériens en France" informe quotidiennement sur la situation des "27" ressortissants.  "C’est grave, pas normal que personne bouge", "C’est une honte! Nous sommes la risée du monde"... Sous cette publication du 7 avril, les internautes ont laissé éclater leur colère. 
 
Une pétition signée par plus de 20 000 personnes a également été lancée indiquant que dans le groupe, "se trouvent des familles avec de très jeunes enfants (2 enfants et 1 bébé) dont les conditions de vie sont plus que catastrophiques". D'après le magazine français Le Point, l'Algérie aurait rapatrié près de 36 000 ressortissants entre mars et décembre 2020.