Anthony Blinken en quête de progrès en Afrique de l'Ouest au-delà de l'approche militaire

Le Secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a cherché à contrer le déclin démocratique en Afrique de l'Ouest. Il a appelé à lutter contre l'extrémisme au-delà d'une approche strictement militaire, avant de poursuivre sa tournée africaine en Angola.

Image
Antony Blinken et le président Bola Tinubu

Rencontre entre le président du Nigeria Bola Tinubu et le Secrétaire d'État Antonty Blinken à Abuja le 23 janvier 2024.

Andrew Caballero-Reynolds/Pool Photo via AP
Partager2 minutes de lecture

Antony Blinken a proposé une assistance américaine élargie en matière de sécurité mais déclaré qu'il fallait une "approche globale", près d'un an après que l'armée a renversé le président élu du Niger, Mohamed Bazoum. 

Cet effort signifie "travailler avec les communautés locales dans un partenariat, démontrer que les forces de sécurité sont là avant tout pour les protéger et répondre à leurs besoins", a-t-il déclaré  à Abuja, la capitale nigériane, avant-dernière étape de sa tournée.

Cette approche inclusive avait "abouti à des résultats" au Niger lors du mandat de Mohamed Bazoum, a déclaré Anthony Blinken. "Partout où il y a eu un changement inconstitutionnel de direction", a-t-il ajouté, "les choses n'ont fait qu'empirer".

Antony Blinken s'est entretenu avec le président du Nigeria Bola Ahmed Tinubu, élu l'an dernier sur un programme de mesures économiques et sécuritaires pour le pays le plus peuplé du continent et première économie d'Afrique.

Tout en saluant ces réformes, il a souligné que certaines d'entre elles, notamment la suppression des subventions sur les carburants, allaient provoquer de la "souffrance" à court terme. 

Washington a salué l'appel du président Tinubu à ouvrir une enquête après une attaque de drone de l'armée nigériane qui a tué accidentellement en décembre au moins 85 villageois célébrant une fête musulmane.

Le Nigeria est en proie à des attaques massives de groupes criminels et jihadistes. Le conflit djihadiste qui sévit depuis près de 15 ans dans le nord-est a fait plus de 40.000 morts et 2 millions de déplacés.

L'approche ivoirienne 

Plus tôt, le secrétaire d'État américain avait salué l'approche ivoirienne dans la lutte contre le djihadisme.

"Je dois applaudir l'approche de la Côte d'Ivoire: travailler avec les communautés, les écouter, s'assurer que les forces de sécurité comprennent leurs besoins, leurs inquiétudes", a déclaré le chef de la diplomatie américaine lors d'un point presse aux côtés du président Alassane Ouattara. "Je pense que cela peut servir de modèle très fort pour les autres pays", a-t-il ajouté.

Frontalière du Mali et du Burkina, la Côte d'Ivoire a pour l'heure réussi à endiguer la menace djihadiste, en mêlant une approche sécuritaire et de développement économique. Le dernier incident lié à ces groupes armés dans le nord du pays remonte à début 2021. 

Une aide supplémentaire de 45 millions de dollars pour Abidjan

Antony Blinken a annoncé que la coopération américano-ivoirienne allait se renforcer notamment dans la formation de troupes. Quelque 45 millions de dollars seront ajoutés à un programme de 300 millions visant à aider les pays ouest-africains à lutter contre l'insécurité.

Alassane Ouattara a de son côté évoqué "une convergence de vues sur la situation continentale" dans une région ouest-africaine qui a "beaucoup de difficultés avec les coups d'Etat dans un certain nombre de pays voisins de la Côte d'Ivoire".

Nous mettons le paquet sur l'Afrique.

Antony Blinken, Secrétaire d'État des États-Unis 

"Nous sommes d'accord qu'il faut que ces pays avancent le plus rapidement possible vers des régimes démocratiques", a-t-il dit.

La Côte d'Ivoire fait partie des voix fortes d'Afrique de l'Ouest contre les coups d'État militaires qui s'y sont multipliés ces trois dernières années, au Mali, en Guinée, au Burkina et au Niger. 

Tweet URL

Le Nigeria et la Côte d'Ivoire se tiennent largement aux côtés des États-Unis – tout comme un autre partenaire clé, le Kenya – malgré le malaise d'une grande partie du continent face à la volonté occidentale d'armer l'Ukraine et, plus récemment, face au soutien américain à Israël dans sa guerre contre le Hamas.

Leur position contraste avec un autre poids lourd du continent, l'Afrique du Sud, accusé par les États-Unis d'autoriser les expéditions d'armes vers la Russie et qui a récemment agacé Washington en portant une accusation de génocide contre Israël devant la Cour internationale de Justice.

Le président Joe Biden avait reçu en 2022 les dirigeants africains pour manifester un regain d'attention américain pour le continent. Il avait promis de se rendre en Afrique en 2023, mais n'a pas concrétisé cet engagement.

Anthony Blinken a cependant repris les mots de Joe Biden pour dire: "Nous mettons le paquet sur l'Afrique". C'est la première visite de Antony Blinken en Afrique subsaharienne depuis mars 2023.