Afrique

Au Gabon, la Constitution a été modifiée pour pallier l'absence d'Ali Bongo

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

Au Gabon, c'est désormais le vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou qui est chargé des dossiers urgents. Décision prise par la Cour consitutionnelle de Libreville alors que le Chef de l'État Ali Bongo est toujours hospitalisé à Riyad.

dans
C'est une décision qui fait grincer des dents au Gabon. Pour éviter de déclarer la vacance du pouvoir, la Cour Constitutionnelle a tout simplement réécrit la Constitution, en ajoutant un alinéa à l'article 13.

Le juge de la Cour constitutionnelle gabonaise, François de Paul Antony Adiwa, assure que « en cas d'indisponibilité temporaire du président de la République, certaines fonctions dévolues à ce dernier peuvent être exercées soit par le vice-président de la République soit par le Premier ministre sur autorisation spéciale de la Cour constitutionnelle, saisie par le Premier ministre ou un dixième des députés, des membres du gouvernement chaque fois que nécessaire. »

Le vice-président de la République Pierre-Claver Maganga Moussavou a donc désormais le champ libre pour présider un Conseil des ministres. Jusqu'ici, seul le président avait ce pouvoir. En raison de l'hospitalisation d'Ali Bongo à Riyad, en Arabie saoudite, il n'y a eu aucun Conseil des ministres depuis trois semaines.

Cette décision a provoqué la colère de l'opposition et de la société civile.

Pas plus de précision en revanche sur l'état de santé du président, ni sur la date de son éventuel retour au Gabon.