Afrique

Au Sénégal, l'opposition réclame le report de la publication des résultats des législatives

Un homme vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Dakar, dimanche 31 juillet 2022.<br />
 
Un homme vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Dakar, dimanche 31 juillet 2022.
 
Leo Correa (AP)

L'opposition sénégalaise a demandé, mercredi 3 août au soir, à Dakar, la suspension de la publication des résultats des élections législatives, prévue jeudi 4 août. Elle souhaite que soient examinées ses plaintes pour "irrégularités" et "fraudes".

"On demande au président de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV) de suspendre la publication des résultats prévue demain (jeudi) pour nous permettre de relever toutes les irrégularités que nous avons notées dans les procès-verbaux", a déclaré lors d'une conférence de presse, le député Déthié Fall.

Ce dernier est un responsable de l'alliance formée par les coalitions Yewwi Askan Wi (libérer le peuple en wolof) et Wallu Sénégal (Sauver le Sénégal), dirigées respectivement par le principal opposant Ousmane Sonko et l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012). 

Aïda Mbodj, une autre dirigeante de l'alliance, évoque de son côté un "bourrage d'urnes" et de "procès-verbaux préfabriqués et sans signature qu'ils (le pouvoir) ont créés eux-mêmes" dans des localités du nord du Sénégal dont Matam, Podor, Ranérou et Kanel, des fiefs du président, Macky Sall. L'enjeu porte sur "200.000 voix, précise-t-elle. Le peuple sénégalais s'opposera à cette fraude massive."

"Nous n'allons pas accepter une confiscation de la victoire. C'est une entreprise de fraudes massives orchestrées par des hommes politiques avec certainement la complicité de l'administration" territoriale, a pour sa part dénoncé Ousmane Sonko.

(Re)voir : Sénégal : la majorité en difficulté

Chargement du lecteur...

47 % de participation

Quelque sept millions de Sénégalais étaient appelés à voter dimanche 31 juillet, à l’occasion des élections législatives.Celles-ci visent à renouveler les 165 sièges à l'Assemblée nationale, aujourd’hui largement contrôlée par la coalition présidentielle.

Selon les données du ministère de l’Intérieur, la participation s'est établie à 47%.

Les résultats des camps du pouvoir et de l'opposition se tiennent dans un mouchoir de poche, d’après des chiffres publiés par la presse locale.

La CNRV, dirigée par le président de la Cour d'appel de Dakar, doit proclamer, dans l’après-midi du jeudi 4 août, les résultats. Les législatives font office de test à 19 mois de la présidentielle. 

L'opposition affirme vouloir contrôler le Parlement pour imposer une cohabitation au camp du pouvoir, ce qui constituerait un précédent inédit dans le pays.

Elle veut aussi pousser le président Macky Sall à renoncer au projet qui lui est prêté de se présenter au scrutin de 2024. 

Le chef de l’Etat, élu en 2012 pour sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans, maintient le flou sur ses intentions.

Il a promis de nommer un Premier ministre, un poste qu'il avait supprimé en 2019 avant de le rétablir en décembre 2021, au sein de la formation victorieuse des élections.

(Re)voir : Sénégal : les législatives, une répétition avant la présidentielle ?

Chargement du lecteur...