Afrique

Au Sénégal, la fronde des petits commerçants contre le géant Auchan

Chargement du lecteur...
© Margot Chevance / Cheick Berthé

L’enseigne française Auchan, spécialisée dans la grande distribution, opère depuis 2014 au Sénégal, avec des prix très concurrentiels. Mais de plus en plus de petits commerçants se plaignent des tarfis très agressifs pratiqués par la chaîne.

dans
Les habitudes de consommation des Sénégalais évoluent et la petite boutique de quartier, jadis très populaire, sert désormais davantage au dépannage qu’au réel approvisionnement. Les prix très bas proposés par Auchan attirent aussi les classes populaires. Mais pour l’union des commerçants et des industriels du Sénégal, les pratiques agressives de la chaîne française de grande distribution menacent près de 15 000 petits commerçants.
 
© SEYLLOU : AFP

Mamadou Dian tient sa boutique depuis un an, dans le quartier résidentiel de Sacré coeur à Dakar. Aujourd’hui, il se sent menacé par les grandes surfaces, les clients se font rares et ne viennent que pour des petites courses d’appoint.

Son chiffre d'affaires a considérablement baissé. Fini les grosses recettes journalières. De près de 100 000 FCFA par jour, il a désormais du mal à atteindre les 30 000 FCFA à la fin de la journée.

La situation devient critique et le pousse à vouloir abandonner son commerce. Avec la rareté des clients, il a désormais du mal à payer son loyer et à nourrir sa famille. Il se souvient d'un temps ou "les matins de 8h à 9h, avant il y a avait la queue. Ils venaient les uns après les autres, on vendait. Maintenant tu peux vendre à un client, tu vas attendre, dix minutes, quinze minutes, pour voir un autre client. Les gens viennent acheter des petites choses. De l’huile à 300F, une boisson à 300F, du pain à 150 F, ce genre de chose. Les produits que vous voyez ce sont des produits qui ont une date d'expiration."

Les produits de base sont moins chères

Dans les rayons de la grande surface Auchan, les produits de base comme le riz, l’huile, le lait en poudre sont moins chers que dans les boutiques de quartier. Une différence de prix de parfois quelques FCFA mais qui fait la différence dans un panier.

L’enseigne française s’est adaptée à la réalité du marché local. Elle veut s’adresser à tous les consommateurs sénégalais, quelque que soit leur pouvoir d’achat. Et comme les boutiques de proximité, Auchan a décidé de rester ouvert jusqu’à minuit dans certains quartiers.

Jacqueline Ferrera, qui a délaissé les marchés traditionnels pour la
grande surface française. Elle y trouve tout à des prix plus compétitifs. Et dans les rayons climatisés et ordonnés, faire ses courses est devenu beaucoup plus plaisant. Jacqueline a fait les calculs, sur un panier, elle estime pouvoir économiser jusqu’à 1000 FCFA. "C’est plus pratique, vous avez tout, vous avez des prix, vous n’avez pas à demander lesprix et également quand on compare au marché, c’est plus propre et on s’est rendu comptequ’à Auchan quand même c’est un peu moins cher."
 
On dérange les petits commerçants (...) mais c’est notre ADN de proposer des magasins modernes, où il y a tout le confort, tout le choix à des prix accessibles
Laurent Leclerc, directeur d'Auchan Sénégal
Le directeur d'Auchan Sénégal, Laurent Leclerc comprends qu’aujourd’hui " on dérange les petits commerçants mais c’est notre ADN, c’est notre fond de commerce, c’est de proposer des magasins modernes, où il y a tout le confort, tout le choix à des prix accessibles. Pour moi il y a de la place pour tout le monde. Auchan n’a pas la vocation à être le commerce d’ultra proximité. Le boutiquier aura toujours sa place pour vendre le service de dépannage pour l’ensemble des clients qui vont descendre de chez eux en disant il me manque un produit pour faire un plat du soir, ma bouteille de gaz etc..."

Au siège de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal. Pour son
président, Ousmane Sy Ndiaye, la menace d’Auchan est réelle. Près de 15 000 petits
commerçants risquent de perdre leur emploi à cause des pratiques de la chaîne française.

Il craint la mort définitive des petites boutiques de quartier : " les pratiques de prix pratiquées par Auchan frisent le dumping. On ne peut pas comprendre qu’Auchan arrive à vendre à la moitié des prix proposés par les commerçants sur le marché. Je vous donne l’exemple sur le lait. Le lait en poudre est proposé par Auchan quasiment à 50, voir 60% moins cher de ce que les commerçants font comme prix. Il y en a 15 000 qui sont directement impactés par les activités de Auchan. Parmi ces 15 000, il y a en a 6000 à 7000 qui ont des réelles difficultés de remboursement de leur crédit bancaire car ils n’arrivent pas à vendre."