Afrique

Au Tchad, Gaoui continue de faire vivre l'art ancestral de la poterie

Chargement du lecteur...

C'est un petit village, situé à 25 kilomètres de N'Djamena. Gaoui vit de la poterie depuis des décennies. 150.000 pièces sont réalisées chaque année par les femmes du village, seules à pratiquer cet artisanat. Un savoir-faire qui s'exporte jusqu'en Chine. Reportage Aurélie Bazzara .

dans
Maldou Hassan est la doyenne des potières de Gaoui.
A "environ 70 ans", elle continue d'exécuter, jour après jour, les mêmes gestes précis et vifs: "Je fabrique environ trois jarres par jour et les petites productions comme les bols, j'en fais autant que possible, explique-t-elle . Les journées sont longues car la demande est forte, on vend beaucoup. Je commence à sept heures le matin, et je finis vers 16 heures pour m'occuper de ma famille. Mais j'ai diminué mon rythme avec l'âge."
La terre provient des plaines alentours. Maldou Hassan met en forme les poteries, les ornemente de gravures singulières, typiques de Gaoui. Après avoir laisser sécher sa production au soleil, elle l'entrepose dans une pièce, à l'abri, avant de la faire cuire. Ce stock représente un mois de travail. Il n'est pas encore temps pour l'artisane de passer la main
"J'ai montré tout ce que je savais faire à mes filles. Mais elles ne maîtrisent toujours pas les petits détails et les gravures, regrette Maldou Hassan. Il faut du temps pour y arriver, cet art est propre à Gaoui."
Tout le village vit de cette tradition ancestrale et féminine. Il est donc important de transmettre ce savoir faire aux plus jeunes. Après la cuisson, c'est au tour des adolescentes d'entrer en action.
"Je suis en train de lisser cette poterie avec de l'huile, du pigment et des graines de baobab, décrit la jeune Awa. Il faut qu'elle brille pour être belle, c'est important."
Les Tchadiens ont l'habitude de dire que les poteries de Gaoui sont les plus solides et les plus belles du pays. Et les grandes jarres conserveraient l'eau bien fraîche. Leur renommée a de loin dépassé les frontières du village. Elles s'exportent jusqu en Turquie ou en Chine.