Au Tchad, qui est Saleh Kebzabo, le nouveau Premier ministre ?

Image
Saleh Kebzabo
Saleh Kebzabo, Premier ministre du Tchad, en 2019 sur le plateau de TV5MONDE.
© TV5MONDE
Partager2 minutes de lecture
Saleh Kebzabo, opposant historique au président Idriss Déby Itno tué en 2021, a été nommé Premier ministre du Tchad. En août dernier, il avait nommé vice-président du comité d'organisation du "dialogue national inclusif" devant conduire à des élections présidentielle et législatives.

Saleh Kebzabo, 75 ans, ancien journaliste, a été quatre fois candidat à la présidentielle contre feu le maréchal Déby. Son parti avait rallié il y a 18 mois le gouvernement nommé par la junte militaire dirigée par le jeune général Mahamat Déby.

En août 2019, il était l'invité de TV5MONDE. Trois régions du Tchad étaient en état d'urgence et il dénonçait le gouvernement d'Idriss Déby, "tout lui pète entre les mains".
 

"Déby ne sera pas candidat et l’année 2021 sera celle de l’alternance au Tchad. C’est ma ferme conviction", avait-il déclaré en mars 2021.

Saleh Kebzabo, après avoir été l'un des opposants les plus vindicatifs durant les dernières années du régime de Déby père, lequel a régné 30 années durant d'une main de fer sur le Tchad, avait reconnu rapidement l'autorité de son fils.

Deux membres de son parti, l'Union nationale pour la Démocratie et le Renouveau (UNDR), ont été nommés aux postes de ministre de l’Élevage et de secrétaire général adjoint du gouvernement.

Mahamat Déby l'avait nommé vice-président du comité d'organisation du Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS), vivement critiqué par une grande partie de l'opposition et parmi les principaux mouvements rebelles en août dernier. 

Ces derniers lui reprochent d'avoir prolongé la transition samedi, maintenu Mahamat Déby à la tête de l'État et, surtout, de lui avoir permis de se présenter à la présidentielle dans deux ans, contrairement à un engagement pris devant la communauté internationale.

L'opposition, qui dénonçait un "coup d'État constitutionnel" en avril 2021  considère que le DNIS a perpétué "la dynastie Déby" au pouvoir.

Il était arrivé troisième à la présidentielle de 1996 avant de se rallier à Idriss Déby au second tour et d'entrer au gouvernement. Il y a enchaîné les portefeuilles jusqu'à sa rupture avec M. Déby en 1999, qu'il a affronté sans succès lors des présidentielles de 2001, 2006 et 2016.

Saleh Kebzabo remplace Pahimi Padacké. Ce dernier avait été Premier ministre de 2016 à 2018, date à laquelle Idriss Déby a fait supprimer ce poste pour concentrer dans ses mains tout le pouvoir exécutif.