Afrique

Au Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa finalement investi président

Chargement du lecteur...

Le président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a prêté serment dimanche en appelant ses compatriotes à tourner la page des élections, jugées frauduleuses par l'opposition, et à se mettre au travail pour redresser son économie en ruines.

dans

"Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu'en tant que Président du Zimbabwe, je serai fidèIe au Zimbabwe" assure solennellement, le nouveau chef de l'Etat zimbabwéen. L'heure est finalement venue ... pour lui.


En novembre dernier, il avait hérité du pouvoir, sans être élu, après que l'armée et son parti, la Zanu-PF, eurent poussé Robert Mugabe à la démission. Et un utlime recours - judiciaire - de l'opposition a repoussé cette cérémonie, de deux semaines, à ce dimanche. Plus de 50 000 personnes remplissent le stade national d'Harare.
Plusieurs chefs d'Etat africains sont aussi venus apporter, par leur présence, leur onction à sa victoire.


" Maintenant que les élections sont derrière nous, nous devons nous concentrer sur les défis économiques auxquels fait face notre pays, estime Emmerson Mnangagwa, face à la foule. Comme je l'ai dit à plusieurs reprises ces derniers mois, les vrais changements ne se produisent pas en une nuit. Cependant, inspirés par notre hymne national, nous devons travailler ensemble."


Un appel à l'unité qui n'a pas été entendu par l'opposition. Son leader, Neslon Chamisa, a délibérément boudé la cérémonie. Les violences post-életorales sont encore dans toutes les têtes. "L'incident violent, isolé et malheureux du 1er août était regrettable et totalement inacceptable, commente Emmerson Mnangagwa. Pour clore ce dossier, j'annoncerai bientôt la nomination d'une commission d'enquête qui, une fois son travail achevé, publiera ses conclusions."


L'"incident" dont parle le président zimbabwéen a fait 6 morts. Et pas sûr que l'enquête à venir n'apaise les esprits. Neslon Chamisa a encore répété, samedi, devant la presse, qu'il se considère comme le dirigeant légitime du Zimbabwe. Le chef de file du MDC promet de nouvelles manifestations, pacifiques