Afrique

Bénin : "L’ancien chef d’État Boni Yayi se trouve dans une situation ubuesque"

Chargement du lecteur...
Entretien avec Maître Renaud Agbodjo, avocat de l’ancien président Boni Yayi, sur l'antenne de TV5MONDE le 7 juin 2019.
Illustration : Boni Yayi en France le 9 juin 2015 ©AP Photo/Thibault Camus

Le domicile de Boni Yayi est sous la garde constante des forces de l'ordre depuis plus d'un mois. L'ancien président béninois devait être entendu par un juge d’instruction ce vendredi 7 juin, dans le cadre de l’enquête sur les violences post-électorales d'avril et mai derniers. Audition reportée pour "raisons médicales", selon ses avocats. Entretien avec Maître Renaud Agbodjo.

28 avril 2019. Les Béninois boycottent des élections législatives sans opposition. Boni Yayi, président du Bénin d'avril 2006 à avril 2016, dénonce un "coup d'État électoral".

Depuis le 1er mai, Thomas Boni Yayi n'a plus été aperçu. Symbole de l'opposition béninoise, il est de fait assigné à résidence depuis cette date.

Le 5 juin 2019, la police installe un conteneur devant son garage, empêchant toute sortie de véhicule.

Le 6 juin, Boni Yayi reçoit une convocation au tribunal.

Le 7 juin, le juge Aubert Kodjo se rend au domicile de Boni Yayi, encerclé par les forces de l’ordre, dans le quartier Cadjéhoun de Cotonou. Il repart sans avoir pu entendre l’ancien président, en qualité de témoin dans l'enquête sur les violences post-électorales.

Pour son avocat, Maître Renaud Agbodjo, la lettre reçue par son client ne présente pas les raisons de cette audition. 

 
Nous avons demandé au juge d’instruction de bien vouloir préciser les raisons pour lesquelles il souhaite l’entendre, et de bien vouloir reporter cette audition pour des raisons médicales.
Maître Renaud Agbodjo, l'un des avocats de Thomas Boni Yayi

À 66 ans, Thomas Boni Yayi disposerait d'un "repos médical de longue durée depuis plusieurs semaines en raison des circonstances, et il n'est pas évident qu'il puisse être disponible pour être entendu", précise son avocat. Mais il s'agirait bien là d'un simple "report et non d'un refus", poursuit-il.
 

Une situation "ubuesque"

Pour Maître Renaud Agbodjo, Thomas Boni Yayi bénéficie d’une protection internationale. Le protocole de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)  assure "la liberté de circulation" des personnes des pays membres de l'institution. Impossible donc pour le juriste d'auditionner un ancien chef d'État, dont les libertés sont bafouées par les forces républicaines de la police béninoise.

 
Dans quel pays démocratique aujourd’hui, au XXIème siècle, un juge d’instruction peut-il décider d’écouter une personne qui se trouve dans une violation quotidienne de ses droits fondamentaux ? 
Pour autant, l'avocat n'a "aucune crainte quant à la conservation de l'immunité" dont dispose l'ancien président Boni Yayi, en vertu, là encore, du cadre juridique de la CEDEAO.

De son côté, l'Organisation pour la Défense des Droits de l'Homme et des Peuples au Bénin (Odph) demande la levée de l’assignation à résidence de l’ancien président.