Afrique

Bénin : l'armée tire sur les manifestants, au moins deux morts

Chargement du lecteur...
Le calme était revenu au Bénin jeudi soir pendant que la Cour Constitutionnelle donnait les résultats définitifs des élections législatives, après deux jours de violentes manifestations post-électorales, réprimées par des tirs à balles réelles.
TV5MONDE

Le calme était revenu au Bénin jeudi soir pendant que la Cour Constitutionnelle donnait les résultats définitifs des élections législatives, après deux jours de violentes manifestations post-électorales, réprimées par des tirs à balles réelles, et qui ont fait au moins deux morts, selon un nouveau bilan établi par l'AFP.

Le calme était revenu au Bénin jeudi soir pendant que la Cour Constitutionnelle donnait les résultats définitifs des élections législatives, après deux jours de violentes manifestations post-électorales, réprimées par des tirs à balles réelles, et qui ont fait au moins deux morts, selon un nouveau bilan.

"Le taux de participation  est de 27,1%", a déclaré jeudi soir Joseph Djogbenou, le président de la Cour Constitutionnelle, soit un chiffre plus élevé que les 23% précédemment évoqués par la Commission électorale dans les résultats préliminaires.

"Considérant des irrégularités et des perturbations (pendant le vote), elles ne sont toutefois pas de nature à compromettre la validité et la transparence du scrutin", a ajouté ce proche du président Patrice Talon

Des violences ont éclaté mercredi après midi, peu après l'annonce des résultats provisoires des élections de dimanche, marquées par une absence de l'opposition qui n'a pas été autorisée à présenter de candidats et par un important taux d'abstention.

Deux anciens chefs de l'Etat, Boni Yayi (2006-2016) et Nicephore Soglo (1991-1996), avaient appelé le président Patrice Talon a annulé ce scrutin, qu'ils qualifient de "coup d'Etat électoral".

Dès mercredi après-midi, des centaines de manifestants se sont réunis autour du domicile de Boni Yayi, dans le quartier de Cadjehoun, craignant que des policiers ne l'arrêtent.

Des violences ont éclaté dans la soirée et une femme est morte des suites de ses blessures jeudi matin à l'hôpital de Cotonou.

Dans le nord du Bénin, à Kandi, un jeune homme a également été abattu par des tirs de l'armée mercredi soir. Dans cette localité, des manifestants ont mis le feu à l'usine de coton, un secteur dans lequel le président Talon a fait fortune avant de se lancer en politique et dont la société contrôle désormais la totalité de la production dans le pays.

Jeudi, les violences ont repris dès la matinée et après des heures de face-à-face, les forces de l'ordre ont délogé par des tirs d'armes automatiques des centaines d'opposants dans le centre de Cotonou. Les rafales ont été entendues dans le quartier de Cadjehoun et les manifestants, qui avaient dressé des barricades avec des pneus en feu ou des planches, ont été forcés de fuir.