Afrique

Burkina Faso : la France retirera ses troupes d'ici un mois

Photo d'archive de soldats de la force Barkhane quittant leur base de Gao au Mali en juin 2021. C'est au tour des hommes de la force Sabre de quitter le Burkina Faso désormais selon une annonce faite par l'Élysée ce 25 janvier 2023.
Photo d'archive de soldats de la force Barkhane quittant leur base de Gao au Mali en juin 2021. C'est au tour des hommes de la force Sabre de quitter le Burkina Faso désormais selon une annonce faite par l'Élysée ce 25 janvier 2023.
© AP Photo/Jérôme Delay
Photo d'archive de soldats de la force Barkhane quittant leur base de Gao au Mali en juin 2021. C'est au tour des hommes de la force Sabre de quitter le Burkina Faso désormais selon une annonce faite par l'Élysée ce 25 janvier 2023.
Obsèques nationales des deux soldats Cedric de Pierrepont et Alain Bertoncello, morts au Burkina Faso,  lors d'une opération pour libérer 4 otages dont deux citiyens français. Saint Louis des Invalides, Paris, le 14 mai 2019.

La France retirera ses troupes du Burkina Faso d'ici "un mois", indique ce 25 janvier le ministère français des Affaires étrangères. Il répond à l'information officielle faite mardi 24 janvier par le gouvernement burkinabé qui a dénoncé les accords de défense liant les deux pays.

"Mardi (...) nous avons reçu formellement la dénonciation, par le gouvernement burkinabè, de l'accord de 2018 relatif au statut des forces françaises présentes dans ce pays. Conformément aux termes de l'accord, la dénonciation prend effet un mois après la réception de la notification écrite", a déclaré à l'AFP le ministère français des Affaires étrangères, en assurant que la France "respecter(ait) les termes de cet accord en donnant suite à cette demande".

Lire : Après la Centrafrique et le Mali, le Burkina Faso va t-il rompre avec la France au profit de la Russie ?

Le Burkina héberge actuellement un contingent de près de 400 forces spéciales françaises, la force Sabre. Ces derniers auront quitté le pays "d'ici fin février" et le retrait de tous les matériels devrait être achevé "fin avril", a affirmé à l'AFP une source proche du dossier.

Lire : Burkina Faso : à quoi servent les forces spéciales françaises de l'opération Sabre sommées de quitter le pays ?

Le gouvernement burkinabè a confirmé le 23 janvier avoir demandé le départ des militaires françaises basés dans le pays dans un délai d'un mois, mais Paris avait répondu attendre des clarifications de la part du président de transition Ibrahim Traoré.

(RE)voir : Comment interpréter les dernières décisions du Burkina Faso ?
Chargement du lecteur...

"Ce que nous dénonçons c'est l'accord qui permet aux forces françaises d'être présentes au Burkina Faso. Il ne s'agit pas de la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France", a déclaré le 23 janvier à midi le porte-parole du gouvernement burkinabè, Jean-Emmanuel Ouédraogo, dans une interview sur la Radio-Télévision du Burkina (RTB).

La France, ex-puissance coloniale, est contestée au Burkina depuis plusieurs mois.
En décembre, les autorités burkinabè avaient demandé à Paris le remplacement de l'ambassadeur du France, Luc Hallade, dans leur collimateur pour notamment avoir fait état de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays.

(RE)voir : Troupes françaises au Burkina Faso : "La coopération militaire était déjà au point mort"
Chargement du lecteur...

Le 23 janvier, Jean-Emmanuel Ouédraogo a indiqué que le gouvernement avait "reçu toutes les assurances sur le fait que les autorités françaises vont accéder à cette requête dès cette semaine". Mais selon une source diplomatique, son sort n'est pas encore scellé et il se trouve toujours à Ouagadougou.

Le précédent malien est dans toutes les têtes. Après neuf ans de présence, les militaires français ont quitté le pays l'été dernier, poussés dehors par une junte hostile qui a fait appel à la sulfureuse société paramilitaire russe Wagner.

(RE)voir : Wagner en Afrique : crispations entre le Burkina Faso et le Ghana
Chargement du lecteur...

En coulisses, la junte burkinabè assure à la France qu'elle ne compte pas s'adjoindre les services de Wagner, dont une équipe de liaison est venue prospecter au Burkina, riche en ressources minières, selon plusieurs sources françaises.