Burkina Faso : les partisans du président Traoré manifestent leur soutien

Plusieurs centaines de partisans du président de transition du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, se sont rassemblés le soir du 26 septembre dans le centre de la capitale Ouagadougou. Cela fait suite à des rumeurs relayées sur les réseaux sociaux faisant état de tensions au sein de l'exécutif.

Image
Burkina faso drapeau

Des manifestants prennent les rues de Ouagadougou le 22 janvier 2022 pour protester contre l'inaptitude du gouvernement à arrêter les attaques djihadistes (image d'illustration).

AP Photo/Sophie Garcia
Partager1 minute de lecture

Sur le rond-point des Nations Unies, au centre de Ouagadougou, les manifestants klaxonnaient, sifflaient et agitaient des drapeaux du Burkina Faso tandis que d'autres scandaient "IB, IB", le surnom du président de transition. "Il est notre choix et fait ce que le peuple souhaite, déclare Salam Iboudo, un manifestant. On est là pour dire que si quelqu'un veut le toucher il doit d'abord passer sur nos corps."

Tweet URL

Plus tôt dans la soirée, des soutiens du capitaine Traoré avaient appelé via les réseaux sociaux la population à descendre dans la rue pour défendre le régime, après la diffusion de rumeurs selon lesquelles des tentatives de déstabilisation de l'exécutif étaient en cours. 

Des barrages érigés

Par ailleurs, le média français "Jeune Afrique" a protesté contre la suppression de sa diffusion au Burkina Faso. Celle-ci a été annoncée le 25 septembre après la publication d'articles évoquant des tensions au sein de l'armée burkinabè.

Certains manifestants ont par ailleurs érigé des barrages sur les principales artères de la capitale pour contrôler les véhicules qui circulaient. Cette manifestation survient près d'un an jour pour jour après la prise de pouvoir du capitaine Traoré par un coup d’État, le 30 septembre 2022. 

Il s'agissait du deuxième putsch en huit mois dans ce pays miné par les violences djihadistes depuis plusieurs années.  Depuis 2015,ces violences ont fait en tout plus de 17 000 morts et plus de deux millions de déplacés internes.