Burkina Faso : une centrale nucléaire va être construite par la Russie

Le Burkina Faso et la Russie continuent de resserrer leurs liens. Un accord a été signé pour la construction d'une centrale nucléaire par Moscou dans ce pays sahélien où moins d'un quart de la population a accès à l'électricité.

Image
Poutine Traoré

Le président russe Vladimir Poutine serre la main du président de la transition du Burkina Faso Ibrahim Traoré le 29 juillet 2023 à Saint-Pétersbourg en Russie.

Alexei Danichev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Partager2 minutes de lecture

Le Burkina Faso, dirigé par un régime militaire depuis l'an dernier, cherche à diversifier ses partenaires et s'est notamment rapproché de la Russie.  "Le gouvernement du Burkina Faso a signé un mémorandum d'entente pour la construction d'une centrale nucléaire", indique-t-il dans un communiqué. "La construction de cette centrale nucléaire a pour objectif de couvrir les besoins énergétiques des populations", poursuit le texte.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

La signature de cet accord a eu lieu à l'occasion de la Semaine russe de l'énergie qui se tenait à Moscou, à laquelle le ministre de l'Énergie du Burkina, Simon-Pierre Boussim, participait. Côté russe, le document a été signé par Nikolay Spasski, le directeur général adjoint de l'agence nucléaire Rosatom.

"Le mémorandum constitue le premier document dans le domaine de l’utilisation pacifique de l’énergie atomique entre la Russie et le Burkina Faso", précise Rosatom dans un communiqué.   Le document "vient concrétiser le souhait du président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, exprimé en juillet dernier lors du sommet Russie-Afrique au cours d’un entretien avec son homologue russe Vladimir Poutine", détaille le gouvernement burkinabè.

Moins d'un quart de la population a accès à l'électricité

Fin 2020, seuls 22,5% des Burkinabè (67,4% en zone urbaine, 5,3% en milieu rural) avaient accès à l’électricité, selon des chiffres de la Banque africaine de développement. "Nous prévoyons, si nous le pouvons, de construire des centrales nucléaires d’ici 2030, de façon à résoudre le problème du déficit énergétique", avait déclaré le ministre Boussim, cité par l’agence de presse russe TASS.

"Notre défi est de doubler notre production d'électricité d'ici 2030, ce qui nous permettra de donner un coup de fouet à l'industrialisation de l'Afrique" a-t-il ajouté. Le Burkina Faso importe une grande partie de son électricité de la Côte d'Ivoire et du Ghana voisins et en produit une autre partie localement, principalement par énergie hydroélectrique ou solaire. 

Le continent africain ne compte pour l'heure qu'une seule centrale nucléaire, en Afrique du Sud à Koeberg, près du Cap. Selon la chercheuse sud-africaine spécialisée en structure nucléaire, Iyabo Usman, le Burkina Faso "n’a pas assez de personnel qualifié pour faire fonctionner cette centrale nucléaire" et devra faire appel à du personnel étranger.

Un soutien de l'AIEA

Le pays "pourrait bénéficier d’un soutien de l’AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique)", notamment financier, car il fait partie des États membres de l’organisation, ajoute la professeure associée à l'université du Witwatersrand, située à Johannesburg.

Elle évoque par ailleurs "une compétition entre la Chine et la Russie sur le continent" en matière d’investissement dans les centrales nucléaires. Le Burkina Faso est gouverné par le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir par un coup d'État, en septembre 2022, le deuxième en huit mois.

Depuis son arrivée au pouvoir, le Burkina s'est éloigné de la France, partenaire historique et ancienne puissance coloniale, en obtenant notamment le départ des soldats français de son sol en février. Dans sa recherche de nouveaux alliés, Ouagadougou s'est notamment rapproché de Moscou.

Un rapprochement entre les deux pays

Vladimir Poutine avait annoncé lors du sommet de Saint-Pétersbourg en juillet que Moscou allait livrer gratuitement dans les mois à venir des céréales à six pays africains, dont le Burkina.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Début septembre, une délégation russe conduite par le vice-ministre de la Défense, Yunus-Bek Yevkurov, s'était rendue à Ouagadougou pour échanger avec Ibrahim Traoré sur des questions de développement et de coopération militaire. Le 30 septembre, dans une interview à la télévision nationale, le capitaine Traoré avait affirmé que la plupart des équipements de l'armée burkinabè étaient russes.

Le Burkina Faso est confronté depuis plusieurs années à des violences jihadistes meurtrières et récurrentes sur une grande partie de son territoire, qui ont fait plus de 17.000 morts et plus de deux millions de déplacés internes. Le Burkina Faso a fait alliance avec le Mali et le Niger, deux pays dirigés par des régimes militaires qui entretiennent également de bonnes relations avec Moscou, dans le cadre de l'Alliance des Etats du Sahel (AES), une coopération de défense.