Afrique

CAN 2019 : le Sénégal et l’Algérie filent en finale

Les joueurs de la sélection sénégalaise célèbrent leur qualification pour la finale de la CAN 2019. 
Les joueurs de la sélection sénégalaise célèbrent leur qualification pour la finale de la CAN 2019. 
©AP Photo/Hassan Ammar

Après deux matchs d’une très grande intensité, le premier entre le Sénégal et la Tunisie (1 – 0), et le second entre l’Algérie et le Nigeria (2 – 1), l’on connaît désormais les deux finalistes de la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des nations de football. Vendredi prochain, les Sénégalais affronteront les Algériens au Caire, en Egypte.
 

Au bout du suspense, au bout de la prolongation d’un match fou, le Sénégal se débarrasse de la Tunisie et se qualifie pour la finale de cette 32ème édition de la Coupe d’Afrique des nations, au cours de laquelle il affrontera l'Algérie. Pour cette première demi-finale, les deux équipes se sont neutralisées durant quatre-vingt dix minutes haletantes, chacune dominant l’adversaire durant une période.


Le Sénégal domine sans partage

La première mi-temps est à mettre à l’actif du Sénégal. Dès les premières minutes, les Aigles de Carthage apparaissent crispés, comme tétanisés par l’enjeu. Il est vrai que la Tunisie n’avait plus atteint ce stade de la compétition depuis 2004, une édition à domicile qu’elle avait fini par remporter.

La star sénégalaise Sadio Mané à la lutte avec le Tunisien Oussama Haddadi. 
La star sénégalaise Sadio Mané à la lutte avec le Tunisien Oussama Haddadi. 
©AP Photo/Hassan Ammar

A la quatrième minute, Henri Saivet fait une passe lumineuse à la star sénégalaise Sadio Mané, qui est dominé dans un duel tendu par deux Tunisiens, Dylan Bronn et Mohamed Dräger. Deux minutes plus tard, nouvelle attaque sénégalaise. Cette fois c’est Krépin Diatta qui s’appuie sur son coéquipier M’Baye Niang. Ce dernier choisit de se retourner sur son pied gauche, avant de décocher une frappe bien trop enlevée.

A la dixième minute, c’est Sadio Mané qui s’appuie sur M’Baye Niang sur le côté gauche, puis il change d’aile pour Lamine Gassama ; cependant, sa passe est beaucoup trop appuyée et le ballon sort en touche. Au quart d’heure de jeu, les lions de la Teranga maintiennent leur pression, grâce notamment à leur attaquant vedette Sadio Mané. Ce dernier provoque à nouveau côté gauche, déborde et adresse un centre parfait que repousse Ellyes Skhiri.

Le Tunisien Mohamed Dräger à la lutte avec le Sénégalais Idrissa Gana Gaye. 
Le Tunisien Mohamed Dräger à la lutte avec le Sénégalais Idrissa Gana Gaye. 
©AP Photo/Hassan Ammar

A la 22ème minute, les Tunisiens se rebiffent enfin. Youssef Msakni reprend de la tête un corner tiré par son coéquipier Wahbi Khazri. Malheureusement, le ballon passe au dessus des buts du gardien sénégalais Alfred Gomis. Les minutes s’écoulent et les Sénégalais ne lâchent pas leur étreinte. A la 26ème minute, Youssouf Sabaly efface son vis-à-vis Mohamed Dräger, pique dans l’axe et enroule une superbe frappe du pied droit, qui échoue sur le poteau du gardien tunisien Mouez Hassen.

Le score reste nul et vierge

Les minutes passent et la physionomie du match ne change pas, les Lions de la Teranga dominent toujours. A la 38ème minute, c’est le milieu de terrain, Idrissa Gaye qui trouve Sadio Mané dans la profondeur. Ce dernier pique ensuite dans l’axe, dribble le gardien Mouez Hassen et se retrouve complètement excentré sur la droite. Hélas, il ne parvient pas à redresser son ballon.

Après les trois minutes de temps additionnel, l’arbitre éthiopien du match, Bamlak Tessema Weyesa renvoie les deux équipes au repos. Au retour des vestiaires, les Tunisiens affichent un visage plus enthousiasmant. Rien à voir avec ce qu’ils ont montré en première période. Ils sont plus agressifs sur le porteur du ballon, et mettent davantage d’intensité dans le match.

Le Sénégalais Henri Saivet, taclé par le Tunisien Ghaylen Chaaleli.
Le Sénégalais Henri Saivet, taclé par le Tunisien Ghaylen Chaaleli.
©AP Photo/Hassan Ammar

A la 48ème minute, Mohamed Dräger par en contre à partir d’une ouverture de Taha Yassine Khenissi. Il se retrouve alors entre les Sénégalais Kalidou Koulibaly et Henri Saivet. Le Tunisien tente alors un très joli lob à vingt mètres environ des buts d’Alfred Gomis, mais le ballon passe au-dessus de la barre transversale. Cinq minutes plus tard, Wahbi Khazri tire un corner repoussé au premier poteau par Lamine Gassama. Et c’est le Tunisien Naïm Sliti qui reprend ce ballon de volée, sans réussir à tromper Alfred Gomis.

La Tunisie change de visage en seconde période

A la 57ème minute, les Sénégalais sortent enfin la tête de l’eau. Dos au but, M’Baye Niang réussit à contrôler son ballon, avant de le passer à Sadio Mané d’une belle talonnade. La star sénégalaise ne parvient pas à dribbler le gardien tunisien Mouez Hassen. Mais surtout, il était en position de hors-jeu. Peu après l’heure de jeu, c’est Naïm Sliti qui reçoit le ballon sur la gauche. Il avance d’abord devant lui, puis il repique dans l’axe et décoche une frappe déviée en corner.

A la 65ème minute, Naïm Sliti déborde à droite et glisse le ballon à son coéquipier Taha Yassine Khenissi. Celui-ci se retrouve alors seul devant le gardien sénégalais Alfred Gomis sur lequel il s’empale, sans parvenir à tirer dans les buts. Les Aigles de Carthage continuent de dominer, jusqu’à la 73ème minute et ce pénalty qu’ils obtiennent à cause d’un tacle glissé de Kalidou Koulibaly. En voulant contrer le tir de Ferjani Sassi, Kalidou Koulibaly a touché le ballon du bras. L’arbitre siffle un pénalty logique et le défenseur sénégalais écope d’un carton jaune. Ferjani Sassi s’empare alors du ballon et loupe malheureusement son tir.

Le Tunisien Dylan Bronn à la lutte avec le Sénégalais Kalidou Koulibaly. 
Le Tunisien Dylan Bronn à la lutte avec le Sénégalais Kalidou Koulibaly. 
©AP Photo/Hassan Ammar

Dans un petit sursaut d’orgueil, les Sénégalais sortent la tête de l’eau grâce au nouvel entrant Ismaïla Sarr, qui a remplacé Krépin Diatta. Sarr récupère un ballon devant le Tunisien Oussama Haddadi et fonce dans la surface de réparation. Face à lui, Dylan Bronn qui met le pied, provoquant la chute de l’attaquant sénégalais. Sans hésiter, l’arbitre accorde un pénalty pour les Lions de la Teranga. Henri Saivet s’empare du ballon et manque à son tour de donner l’avantage au Sénégal.

Malgré quelques actions dangereuses de part et d’autre, l’arbitre siffle la fin du match quatre minutes après la fin du temps règlementaire. C’est donc la prolongation. Au retour des vestiaires, les deux équipes se rendent coup pour coup. A la 100ème minute, le Sénégal prend l’avantage, grâce à un but contre son camp du Tunisien Dylan Bronn, sur un coup franc de Henri Saivet. Aucun autre but ne sera marqué dans cette partie, et le Sénégal se qualifie au terme d’un suspense insoutenable.

Une première période algérienne

 Dans la deuxième demi-finale, l’Algérie arrache également sa qualification, après un match d’une très grande intensité. Les Super Eagles sont éliminés par les Fennecs sur un score sans appel de deux buts à un. Comme lors de la première rencontre, les deux équipes ont eu chacune une mi-temps. La première a été largement à l’avantage des Algériens. Ils obtiennent la première grosse occasion du match dès la 7ème minute. Youcef Balaïli déborde Chidozie Awaziem sur l’aile gauche, avant de centrer dans les six mètres nigérian.

Le Nigerian Alex Iwobi à la lutte avec l'Algérien Riyad Mahrez.
Le Nigerian Alex Iwobi à la lutte avec l'Algérien Riyad Mahrez.
©AP Photo/Amr Nabil

Le défenseur nigérian Kenneth Omeruo, hésite à dégager ce ballon que reprend l’attaquant algérien Baghdad Bounedjah qui rate le cadre. Trois minutes plus tard, la star algérienne Riyad Mahrez reprend un centre de son coéquipier Youcef Belaïli, puis il vise le poteau opposé. Le gardien nigérian Daniel Akpeyi repousse le ballon qui est repris par Belaïli qui talonne pour Ismaël Bennacer dont la demi-volée est contrée par la défense adverse.

Au quart d’heure de jeu, les Fennecs obtiennent un coup franc côté gauche, à hauteur des vingt-cinq mètres des Super Eagles. Ismaël Bennacer place un très joli centre du pied gauche, mais son coéquipier Ramy Bensebaini décoche un tir qui passe au-dessus de la barre transversale. L’Algérie continue de presser, et sur un long ballon autour de la demi-heure de jeu, son attaquant de pointe, Baghdad Bounedjah presse le défenseur Kenneth Omeruo, avant de défier le gardien Daniel Akpeyi qui remporte ce duel.

L'Algérien Baghdad Bounedjah à la lutte avec le Nigerian Oghenekaro Etebo. 
L'Algérien Baghdad Bounedjah à la lutte avec le Nigerian Oghenekaro Etebo. 
©AP Photo/Ariel Schalit

Une minute plus tard, les Nigérians obtiennent un coup franc à l’angle droit de la surface de réparation. Samuel Chukwueze place un tir brossé du pied gauche. Rais M’Bolhi arrête le ballon sans encombre. A la 36ème minute, Sofiane Feghouli trouve Baghdad Bounedjah qui part dans l’axe, à la limite du hors-jeu. Ce dernier ne parvient pas cependant à cadrer son tir, gêné par le défenseur nigérian Kenneth Omeruo.

A cinq minutes de la fin du temps règlementaire de cette première période, Riyad Mahrez se retrouve sur la droite, balle au pied. Il place alors un centre légèrement contré par Jamilu Collins, puis le ballon rebondit sur le bassin de William Troost-Ekong et trompe son gardien. La domination algérienne se concrétise enfin par un but. Elle se poursuit jusqu’à la fin de cette première période, que l’arbitre gambien Bakary Gassama siffle après une petite minute de temps additionnel. 

Les Super Eagles retrouvent des couleurs

Les deux équipes reviennent sur la pelouse, déterminées à en découdre. Comme en première mi-temps, les Algériens confisquent le ballon et tentent de le faire vivre dans le camp adverse. A la 51ème minute, Adlène Guedioura récupère un ballon et le transmet à Sofiane Feghouli qui lance Riyad Mahrez sur la droite. Ce dernier ne parvient pas à faire la différence et les Nigérians se dégagent sans danger. Au fil des minutes, le match s’équilibre et les Super Eagles prennent progressivement le dessus sur les Fennecs. Les Algériens donnent en effet l’impression de gérer leur avantage.

L'attaquant nigerian Odin Ighalo suivi de près par l'Algérien Aïssa Mandi. 
L'attaquant nigerian Odin Ighalo suivi de près par l'Algérien Aïssa Mandi. 
©AP Photo/Amr Nabil

A la 59ème minute, Alex Iwobi part dans l’axe où il résiste à Mahrez et débouche au niveau des vingt mètres de la surface algérienne. Il décoche alors une belle frappe à ras de terre qui passe à gauche des poteaux. L’Algérie subit et se replie dans son camp. Bien placé dans l’axe, à vingt-cinq mètres environ des cages du gardien algérien, Oghenekaro Etebo reçoit un excellent ballon. Il déclenche une frappe puissante qui est déviée involontairement par le bras d’Aïssa Mandi. L’arbitre accorde un pénalty aux Nigérians, après vérification de la VAR, l’assistance vidéo à l’arbitrage. L’attaquant nigérian Odion Ighalo tire et marque. Le but vient couronner la domination du Nigéria et les deux équipes se retrouvent à égalité.


L'Algérie arrache la victoire au bout du temps additionnel

L’Algérie tente alors de jouer long, afin d’éloigner le ballon de son camp tout en essayant de se rapprocher des buts adverses. Mais les Super Eagles ne l’entendent pas de cette oreille. Ils poursuivent leur pressing. Et à la 81ème minute, c’est Alex Iwobi qui décoche une frappe puissante au ras du poteau droit de Raïs M’Bolhi qui capte le ballon sans problème. Entré en jeu un peu plus tôt, à la place de Samuel Chukwueze, c’est Henry Onyekuru qui lance une attaque sur la droite, bien servi par Alex Iwobi. Il est très vite contré par le défenseur algérien Ramy Bensebaini.

Les joueurs algériens célèbrent leur qualification pour la finale de la CAN 2019. 
Les joueurs algériens célèbrent leur qualification pour la finale de la CAN 2019. 
©AP Photo/Amr Nabil

Une minute plus tard, le même Onyekuru est bien servi par Ahmed Musa à l’entrée de la surface de réparation. Il se retourne et frappe du droit, sans succès. C’est la fin du temps réglementaire. L’arbitre annonce cinq minutes de temps additionnel. L’Algérie relève la tête et tente de faire la différence. A la 95ème minute, Wilfred Ndidi fauche Ismaël Bannacer à l’entrée de la surface de réparation. Riyad Mahrez s’empare du ballon et place un tir parfaitement brossé du pied gauche, qui trompe le gardien Daniel Akpeyi. L’Algérie mène deux buts à un. L’arbitre siffle la fin du match. Les Fennecs sont qualifiés. Ils affronteront les Lions de la Teranga en finale !