Afrique

CAN féminine 2022 au Maroc : les Marocaines peuvent-elles devenir championnes d'Afrique ?

Les Lionnes de l'Atlas se qualifient en finale de la Coupe d'Afrique des Nations féminine 2022 après avoir battu le Nigéria après une séance de tirs au but.
Les Lionnes de l'Atlas se qualifient en finale de la Coupe d'Afrique des Nations féminine 2022 après avoir battu le Nigéria après une séance de tirs au but.
© Courtesy of CAF

Le parcours de l'équipe du Maroc constitue la grande surprise de la Coupe d’Afrique des nations féminine 2022. Les Lionnes de l’Atlas ont fait chuter 5 tirs au but à 4 (1-1 après prolongation) les Nigérianes, pourtant 11 fois vainqueur de la compétition. Peuvent-elles battre en finale l'Afrique du Sud ? Réponse de  Mansour Loum, rédacteur en chef de Sport News Africa

"Dima dima Maghri". Le chanteur populaire marocain, Abdelaziz Stati, adresse dans son dernier titre un hommage à l’équipe féminine du Maroc. Sur son compte Instagram, il s'est empressé de réaliser cette chanson à l’annonce de leur qualification en finale de la Coupe d’Afrique des Nations. C'est ce que rapporte le media marocain 360°

Ce lundi, les Lionnes de l’Atlas ont en effet battu les Super Falcons pourtant archi-favorites à l'issue d’une séance de tirs au but (1-1, 5 tab à 4).

Ce match c’était le vrai test. Tout le monde se demandait comment cela se passerait dans un duel beaucoup plus dur, dans un contexte plus tendu et face à un public beaucoup plus crispé.

Mansour Loum, rédacteur en chef de Sport News Africa

Une sélection qui pose problème aux meilleures nations

Face aux Nigérianes, 11 fois championnes de la CAN féminine, les Marocaines n’étaient pourtant pas données favorites. "Ce match c’était le vrai test. Tout le monde se demandait comment cela se passerait dans un duel beaucoup plus dur, dans un contexte plus tendu et face à un public beaucoup plus crispé", analyse Mansour Loum, rédacteur en chef de Sport News Africa.
 


Et pour cause, à 10 contre 11, le Nigéria était quand même aussi dangereux que le Maroc, si ce n’est plus dangereux que le Maroc. “Il a fallu attendre que le Nigeria se retrouve à neuf pour qu’on se dise clairement que le Maroc allait pouvoir gagner.” Les deux cartons rouges ont favorisé la percée des Lionnes. Mais, l’issue du match est à l’image des progrès du Maroc dans son football féminin. “Il y a une sélection féminine d’un très bon niveau qui peut commencer à poser problème aux meilleures nations”, rappelle Mansour Loum.

Il y a eu un travail de fond et un investissement dans le football féminin au Maroc en termes d’infrastructures et de développement de joueuses. Mansour Loum, rédacteur en chef de Sport News Africa.

"Un important investissement dans le football féminin au Maroc"


La Fédération royale marocaine de football a largement œuvré à ce développement. “Il y a eu un travail de fond et un investissement dans le football féminin au Maroc en termes d’infrastructures et de développement de joueuses”, explique le journaliste.

Reynald Pedros, le sélectionneur de l’équipe, a été écouté par La Fédération royale marocaine de football pour préparer les équipes dans les meilleures conditions. “Souvent dans les sélections, pour préparer la compétition, les entraîneurs demandent auprès de la Fédération un nombre de stages, de matchs amicaux. Reynald Pedros a eu la préparation dont il avait besoin.

Cette victoire est le fruit d’années d'efforts et nous voilà aujourd'hui atteindre ce à quoi nous aspirons.Ghizlane Chebbak, capitaine de l'équipe du Maroc. 

Des informations confirmées par la capitaine de l’équipe, Ghizlane Chebbak, auprès de Sport News Africa. "Cette victoire est le fruit d’années d'efforts et nous voilà aujourd'hui atteindre ce à quoi nous aspirons." D’autant que l’équipe vient d’apprendre qu’elle était aussi qualifiée pour la Coupe du monde 2023. Une première pour les Marocaines.

Une composition variée et un sélectionneur expérimenté  dans le football féminin 

La composition du sélectionneur de l’équipe est aussi en jeu. D’abord, il y a les performances des joueuses des clubs marocains, comme celle de Rabat. “En sélectionnant des joueuses de Rabat ensemble en équipe marocaines, cela permet de créer des automatismes”, rappelle Mansour Loum. Ensuite, il y a celles qui jouent en Europe, en témoigne la performance de l’attaquante Rosella Ayane de Totteham.

Le sélectionneur Reynald Pedros a su aussi gagner la confiance de ses équipes rapidement.

Mine de rien, Reynald Pedros a sa carte de joueur, un passé d'entraîneur et il connaît bien le football féminin. Il a ramené une philosophie et de nouvelles idées.Mansour Loum, rédacteur en chef de Sport News Africa.

Au moment de son arrivée, certains Marocains pensaient qu’ils avaient ramené un nom. Mine de rien, il a sa carte de joueur, un passé d'entraîneur et il connaît bien le football féminin. Il a ramené une philosophie et de nouvelles idées", complète le rédacteur en chef.

Pour la finale de la CAN 2022, c’est face à l’Afrique du Sud que le Maroc pourrait écrire l’histoire. L’Afrique du Sud s'est qualifiée en finale avec avoir battue la Zambie (1-0). Elle a aussi battu le Nigéria en phase de poules mais a plus d’expérience que le Maroc. "Ce qui peut jouer détour au Maroc, c’est si les joueuses sont crispées par l’enjeu. Ça va être la première finale. Si elles ont du mal à débloquer la situation, ça peut les crisper et se retourner contre elles." Réponse ce samedi.

À (re)lire : CAN féminine 2022 : le calendrier, les résultats au jour le jour