Afrique

Centenaire de la naissance de Nelson Mandela : quel héritage ?

Chargement du lecteur...
Au musée de l'Apartheid à Soweto.
Commentaire : M. GIRARDEAU|Montage : C. HARNOY @TV5MONDE

L'Afrique du Sud célèbre cette semaine le centième anniversaire de la naissance de son héros, Nelson Mandela. Des festivités en présence de l'ancien président américain Barack Obama. Cinq ans après la mort du père de la nation arc-en-ciel, que reste-t-il de son héritage ?

dans

Une coupe de cheveux gratuite façon Nelson Mandela dans les rues de Johannesburg. Chacun à sa manière rend hommage à celui qui aurait eu 100 ans ce mercredi.

A Soweto où il vivait, son souvenir est bien présent. Le musée de l'apartheid rappelle aux visiteurs le système de discrimination raciale mis en place en 1948 et le rôle joué dans son abolition par celui qui reste un modèle pour plusieurs générations.

Joel Tangai, guide touristique sud-africain, résume l'homme : "Tolérance. Pardon. C'est comme cela que je décrirais Mandela. Il détesterait nous voir nous haïr les uns les autres juste pour une couleur de peau ou une caractéristique. C'est comme cela que je me souviendrai de Nelson Rolihlahla Mandela. Un père de la nation… un père incontesté de la nation !"

Car les tensions raciales continuent d'empoisonner le pays. Malgré la fin de l'apartheid il y a un quart de siècle, la société sud-africaine reste la plus inégalitaire du monde.

Des inégalités qui restent criantes

Selon la Banque mondiale, les inégalités ont même augmenté depuis 1994. Le salaire mensuel médian est de 10.000 rands (638 euros) dans la minorité blanche et de 2.800 rands (177 euros) chez les Noirs.

"Mandela s'est battu pour qu'on soit libres politiquement, sans oublier le côté économique des choses. En tant que Noirs, nous ne sommes pas libres économiquement. On nous donne peut-être ce qu'ils appellent des "chances égales", mais aucune de ces chances ne nous sont accessibles", déplore Mtate Phakela, 19 ans.

"Je pense qu'il a fait de bonnes choses, mais il aurait pu faire encore mieux car la situation est encore tendue et beaucoup de gens n'aiment pas ça. Ce n'est pas comme ça qu'on vit, ce n'est pas comme ça qu'on a été élevés", regrette Kaelen Viljoen, un jeune étudiant.

Aujourd'hui, 20% des foyers noirs vivent dans une extrême pauvreté contre 2,9% des foyers blancs dans le pays.

Nelson Mandela a fait la révolution sans la guerre. Et beaucoup de Sud-Africains estiment que s'il a fait de son mieux, ses successeurs, eux, n'ont pas été à la hauteur.