Afrique

Centrafrique : les Casques bleus reprennent aux rebelles le contrôle de Bangassou

Marché central de Bangassou, situé dans le quartier Centerville en République centrafricaine, en 2011.
Marché central de Bangassou, situé dans le quartier Centerville en République centrafricaine, en 2011.
Creative Commons / Alexsegrelles

Les Casques bleus ont repris le contrôle de la ville de Bangassou occupée par des groupes armés depuis début janvier. La Minusca a annoncé un contrôle total de la ville "suite à l’ultimatum lancé par la Force de la Mission aux groupes armés".

Les Casques bleus en République centrafricaine ont repris le contrôle de Bangassou, à 750 km à l'est de Bangui, occupée depuis début janvier par des groupes armés qui ont lancé une offensive contre le régime du président Faustin Archange Touadéra, a annoncé samedi l'ONU.

A lire : Le Conseil de sécurité de l'ONU au chevet de la Centrafrique

"La ville de Bangassou est sous contrôle total de la Minusca, suite à l’ultimatum lancé vendredi par la Force de la Mission aux groupes armés. Les rebelles ont abandonné les positions qu’ils occupaient et fui la ville dans la nuit de vendredi à samedi", a déclaré samedi soir Vladimir Monteiro, le porte-parole de la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

(Re)voir : Centrafrique, les rebelles portent la menace sur la capitale Bangui

Chargement du lecteur...

"Des incidents impliquant des tentatives de pillages ont eu lieu dans la soirée et le matin (entre vendredi et samedi, NDLR), et la force est intervenue pour y mettre fin. La situation est calme et sous contrôle, et les positions initialement occupées par les éléments armés ne le sont plus", a déclaré le lieutenant-colonel Abdoulaziz Fall, porte-parole de la composante militaire de la Minusca.

Le 17 décembre, les six plus puissants des groupes armés qui occupaient les deux-tiers de la Centrafrique en guerre civile depuis huit ans se sont coalisés, puis on annoncé le 19, huit jours avant les élections présidentielle et législatives, une offensive dans le but d'empêcher la réélection du président Touadéra.

(Re)voir : Centrafrique,"L’élection ne règle pas les problèmes du pays"

Chargement du lecteur...

A lire : Présidentielle en Centrafrique : l'opposition exige l'annulation du scrutin

Vendredi, la Minusca avait lancé un ultimatum aux rebelles, leur enjoignant de quitter sous trois jours la ville de Bangassou, qu'ils occupaient depuis le 3 janvier.

Après l'offensive des groupes armés, de nombreux habitants de la ville s'étaient réfugiés en République démocratique du Congo.

"C’est une grande joie", a déclaré Juan Jose Aguirre, évêque de Bangassou, à la suite de la reprise de la ville par la Minusca. "Après treize jours à dormir à la belle étoile, les gens vont pouvoir rentrer chez eux", a-t-il ajouté.