Afrique

Centrafrique : travaux forcés à perpétuité pour des ex-Seleka

Chargement du lecteur...
P. PABANDJI / A. RENEVIER / C. DEHONDT
©TV5Monde

Onze membres de l'ex milice Seleka ont été condamnés à des travaux forcés à perpétuité par la justice centrafricaine. Ce procès intervient un mois après celui de Andilo, un ancien chef anti-Balaka.

dans
C'est une première depuis le début de la crise en Centrafrique : des combattants de l'ex milice Seleka ont été jugés devant le parquet de Bangui. Ils sont 12 sur le banc des accusés, arrêtés à l'été 2016 par les forces de la Minusca alors qu'ils tentaient de rejoindre le nord du pays, équipés d'un véritable arsenal de guerre.  Parmi eux, Ahmat Tidjani, l'un des bras droit du chef de guerre Nourredine Adam. 

Grand absent de ce procès : Abdoulaye Hissene , sous le coup de plusieurs mandats d'arrêts internationaux. Il sera jugé par contumace prochainement. Verdict pour 11 des 12 accusés présents : travaux forcés à perpetuité, pour 4 chefs d'accusation, dont rébellion et atteinte à la sûreté de l'Etat. La défense compte se pourvoir en cassation. 
 
Il n'y a pas assez de preuves. Les preuves présentées devant la cour ne sont que les photos des armes et le procès verbal donné par la MINUSCA. A part cela, la Cour n'a apporté aucune  autre preuve. 
Giraud Nelo Tanga, avocat de la défense

Ces condamnations interviennent quelques semaines après celle du général Andjilo, chef de milice anti-Balaka : il a écopé de la même peine. Après des années de crise, la justice centrafricaine entend désormais affirmer sa fermeté face aux groupes armés.