Afrique

Direct - Centrafrique : début de scrutin des législatives dans le calme

<p>Le dépouillement commence au lycée Boganda de Bangui, le 27 décembre 2020. </p>

Le dépouillement commence au lycée Boganda de Bangui, le 27 décembre 2020. 

AP

Les Centrafricains votent dimanche 14 mars pour le second tour des législatives, mais aussi pour le premier dans une majorité de bureaux puisque moins d'un électeur sur trois avait eu accès aux urnes fin décembre en pleine offensive des rebelles dans ce pays en guerre civile depuis 8 ans.

Le 27 décembre, les premiers tours des élections présidentielle et législatives avaient été considérablement perturbés par l'annonce de l'offensive sur Bangui d'une coalition des plus importants groupes armés qui occupaient plus des deux tiers du territoire et avaient juré d'empêcher la réélection du président Faustin Archange Touadéra. Ce dernier a cependant été réelu avec 53,1% des voix de moins d'un tiers des 1,2 millions d'inscrits, mais la légalité comme la légitimité de cette réélection sont, depuis, fortement contestées.

Retrouvez notre dossier >>>>> Centrafrique : Élection présidentielle 2020

Suivez le déroulement de la journée. Actualisez la page pour voir les dernières informations.

- La Minusca est fortement mobilisée en ce jour de vote

Vendredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé une résolution sur l'augmentation des effectifs de sa force de paix en Centrafrique (Minusca) avec environ 3700 hommes, dont 2750 militaires et 940 policiers. Cela porte les effectifs à 14400 militaires et 3020 policiers.

- La situation sécuritaire a changé depuis le premier tour

La situation sécuritaire a sensiblement changé depuis le premier tour du 27 décembre alors que les rebelles s'était emparés de la majorité des villes du nord et de l'ouest.

En outre, des soldats rwandais venus en renfort et des paramilitaires russes ont repoussé l'offensive des rebelles du 12 janvier sur Bangui.

Selon Thierry Vircoulon, directeur pour l'Afrique centrale de l'International Crisis Group"Il y a une espèce d’ordre rétabli puisque la contre-offensive russo-rwandaise a porté ses fruits donc je pense que les gens vont pouvoir voter en ville"

- 11h GMT Début de scrutin dans une atmosphère pacifique, selon les observateurs de la société civile
Le Réseau Arc-en-Ciel (RAC) qui regroupe 17 organisations de la scoiété civile a déployé 1500 observateurs à Bangui et plusieurs préfectures de l'arrière pays qui s'ajoutent aux 126 observateurs à long terme dans le pays. Dans son premier communiqué, le RAC fait état :
- une atmosphère pacifique dans 100% des cas
- retard de 30mn à 1h  dans 30% des Bureaux de vote couverts

- 10h GMT La majorité des bureaux de votes ont ouvert ce matin avec un peu de retard.

Bangui moindre affluence par rapport au premier tour. Pas d'incident rapporté dans les régions selon notre correspondant Clément Di Roma.

118 circonscriptions votent ce jour pour élire leur député. 49 circonscriptions votent pour le second tour, 69 votent pour le premier tour qui n'avait pas pu se tenir le 27 décembre notamment pour des raisons de sécurité. A Bangui par exemple, le quartier PK5 à majorité musulmane vote.

- 9h GMT L'enjeu du dimanche 14 mars est assez faible.
Le pouvoir de M. Touadéra devrait sans difficultés conserver sa majorité à l'Assemblée nationale. Le scrutin pourrait cependant être à nouveau perturbé par des violences dans les campagnes où les rebelles se sont repliés et menacent toujours.


Au total, 140 sièges de députés sont à pourvoir et si la victoire du camp Touadéra n’est pas vraiment une surprise, l’enjeu pour le président en place est de voir le sort de plusieurs de ces poids lourds qui n'ont pu être élus dans des circonscriptions où le scrutin a été empêché ou annulé. 

Pour que la nouvelle Assemblée nationale soit légalement constituée, la Cour constitutionnelle a imposé qu'au moins 71 députés soient élus avant le 2 mai. 

22 députés ont été élus au premier tour, 49 circonscriptions sont en ballottage pour le second.

(Re)lire : Législatives en Centrafrique : vers un second tour sans surprise ?Législatives en Centrafrique : vers un second tour sans surprise ?