Centrafrique : vote sur un projet de nouvelle Constitution

Les Centrafricains se rendent aux urnes dimanche 30 juillet pour se prononcer par référendum sur un projet de nouvelle Constitution qui permettrait au président Faustin Archange Touadéra de briguer un troisième mandat dans un pays dévasté par plusieurs coups d'État.

 

Image
Le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadera

Le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadera à l'aéroport international de Pulkovo, à Saint-Pétersbourg, Russie, le mercredi 26 juillet 2023.

(Staniclav Krasilnikov/TASS Host Photo Agency Pool Photo via AP)
Partager2 minutes de lecture

Élu en 2016, Faustin Archange Touadéra a été réélu en 2020 à l'issue d'un scrutin perturbé par des groupes armés rebelles et entaché d'accusations de fraude. 

Le chef de l'État, qui est âgé de 66 ans, est désormais accusé par ses adversaires de vouloir rester "président à vie" d'un des pays les plus pauvres de la planète, le tout sous la protection des mercenaires de la société de sécurité privée russe Wagner déployés dans le pays depuis 2018. 

Les bureaux de vote ouvriront à 06H00 (05Hh00 GMT) et fermeront à 16H00 (17H00 GMT), pour environ 1,9 million d'électeurs. Les résultats provisoires doivent être publiés sous huit jours, et la Cour constitutionnelle proclamera les résultats définitifs le 27 août, selon l'autorité nationale des élections (ANE). 

Appels au boycott

Le projet de nouvelle Constitution prévoit d'allonger notamment la durée du mandat présidentiel de cinq à sept ans, et supprime la limite de mandat. 

Aucune enquête d'opinion crédible ne permet de prédire l'issue du vote, mais la victoire du "oui" fait peu de doute. 

"Nous savons que le oui va l’emporter, mais nous mettons l’accent sur la participation", a déclaré Evariste Ngamana, vice-président de l’Assemblée nationale et porte-parole de la majorité présidentielle.

Les principaux partis d’opposition et organisations de la société civile, ainsi que les groupes armés rebelles, ont appelé à boycotter le scrutin.

L’opposition dénonce notamment l’absence de fichier électoral à jour et le manque d’indépendance des institutions chargées de garantir la régularité des résultats.

A Bangui, la capitale centrafricaine, quelque 2.000 à 3.000 personnes favorables au "oui" se sont réunies vendredi pour un dernier meeting de soutien au référendum. 

"La majorité de la population centrafricaine, qui peine à survivre dans un contexte économique et sécuritaire difficile, a sans doute d’autre priorité que ce référendum qui mobilise peu en dehors des cercles du pouvoir", estime Charles Bouessel, analyste pour International Crisis group. 

Influence russe

Faustin Archange Touadéra a annoncé que la Russie et le Rwanda, deux États dont l’influence s’est considérablement accrue depuis quelques années en Centrafrique, allaient "appuyer " la sécurisation du scrutin.

Un organe lié au groupe Wagner a assuré en juillet que plusieurs centaines de ses combattants étaient arrivés sur le territoire pour assurer cette mission. 

"C’est un scrutin poussé par les Russes et organisé avec leur aide, le président de la Cour constitutionnelle et celui de l'Autorité nationale des élections ont été invités en Russie où on se doute bien qu’ils ont reçu des instructions", assure une source diplomatique.

Selon HRW, des responsables de l'ambassade de Russie en Centrafrique ont rendu visite à l'ancienne présidente de la Cour constitutionnelle pour demander des conseils sur la manière de modifier la Constitution. 

En septembre 2022, la Cour constitutionnelle avait infligé un revers juridique au pouvoir en annulant la mise en place d’un Comité chargé de rédiger une nouvelle Constitution.

Le pouvoir avait ensuite mis la présidente de cette cour, Mme Darlan, à la retraite d'office en janvier 2023.

Des responsables gouvernementaux centrafricains ont menacé et harcelé des adversaires du référendum, d'après Human Rights Watch (HRW), et les autorités ont interdit une manifestation de l’opposition dans la capitale.

Des centaines de mercenaires de Wagner ainsi que des soldats rwandais ont été déployés en décembre 2020 pour sauver le régime de Bangui d'une offensive menée par une alliance des plus puissants groupes rebelles, qu'ils ont repoussé dans les zones rurales.