Afrique

Colère en Côte d'Ivoire après le meurtre rituel d'un enfant de 4 ans

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

L'assassinat de Bouba, 4 ans, provoque une vague d'indignation en Côte d'Ivoire. Son assassin espérait trouver richesse et prospérité en tuant le petit garçon. Il est devenu le symbole d'une vague d'enlèvements d'enfants dans le pays. 

dans
Ils pleurent le petit dernier de la famille : Aboubacar. Ce garçon de 4 ans a été assassiné la semaine dernière en Côte d'Ivoire. Un crime sur fond de croyances rituelles
 
Il faut que je parle pour que plus jamais un enfant ne meurt de cette façon.  Bouba a été étouffé, un enfant de 4 ans, il a été étouffé avant d'être égorgé et d'être vidé de son sang. Ibrahim Traore- Père de Bouba

Bouba a perdu la vie dans des conditions atroces. L'homme mis en cause a expliqué ses motivations : assurer sa réussité et sa prospérité grâce au sang versé par le garçonnet. 
Son corps a été retrouvé enterré près du CHU du quartier de Cocody.

Aboubacar est devenu un symbole, son meurtre a provoqué une vague d'indignation dans tout le pays. Son visage illustre la disparition d'enfants : un phénomène inquiétant, en pleine expansion dans la capitale économique. 

A Abidjan, ils sont des milliers à avoir rendu un dernier hommage au garçon 

Bouba à 4 ans il récitait l'hymne national et il le faisait en poésie.Timimba Traoré, tante de Bouba
Il doit y avoir une synérgie entre les autorités, les populations, les parents, les familles, les voisins, qu'on se retrouve pour essayer de voir comment enrayer ce fléau Diane Douye

Plus d'une quarantaine d'enfants auraient disparu à Abidjan depuis le début de l'année. Mariatou Koné, ministre en charge de la protection de l'enfant appelle les parents à la "vigilance". Un numéro vert a été mis en place le 116, pour signaler tout agissement mettant en danger la vie d'un mineur.