Comment des migrants africains ont fait naufrage dans les Caraïbes

C’est un nouveau drame de migrants, un naufrage de plus, qui, cette fois, a fait trois morts. Mardi 28 mars, un bateau immatriculé en Guadeloupe a chaviré, au large de Saint-Christophe-et-Nièvès dans les Antilles. À son bord, 32 personnes venant majoritairement d'Afrique et notamment du Cameroun. Trois d’entre elles ont perdu la vie, 13 sont toujours portées disparues.
Image
saint-christophe nieves
Partager4 minutes de lecture
Parti clandestinement de l’île britannique d’Antigua-et-Barbuda mardi 28 mars tôt le matin, le "bateau immatriculé en Guadeloupe" a fait naufrage, quelques heures plus tard, à 60 kilomètres des côtes de Saint-Christophe-et-Nièvès (Saint-Kitts-et-Nevis). Les circonstances de l'accident sont "encore mal déterminées", mais le chavirage a "occasionné la mort de trois personnes et la disparition de 13 autres", selon le bilan provisoire indiqué par Patrick Desjardins, le procureur de la République à Pointe-à-Pitre, chef-lieu du département français de Guadeloupe. 
 Selon les autorités, relayées par nos confrères de Guadeloupe la 1ère, "sur les 16 personnes (qu’ils ont) récupérées, deux sont Antiguais et 14 sont Camerounais". Elles indiquent ne pas savoir pour les personnes décédées. "L'identité des victimes, non francophones, et leurs nationalités n'ont à cette heure pas pu être déterminées avec certitude", a en effet précisé le Procureur de la République de Pointe-à-Pitre, Patrick Desjardins. 
Selon toute vraisemblance, ces personnes avaient pour objectif d’atteindre les États-Unis, plus précisémment les Îles Vierges américaines. Comme le précise Guadeloupe la 1ère, ils seraient arrivés à Antigua-et-Barbuda en avion, grâce à une nouvelle liaison aérienne avec le Nigeria. 

Mise en place en octobre 2022, cette ligne de la compagnie Antigua Airways, établit un pont aérien entre l'Afrique et les Caraïbes. Un pont dont profite les migrants qui, avec un visa de touriste, réussissent ainsi à traverser l'océan qui les sépare de leur but. Ils espèrent ensuite rejoindre les États-Unis. Les choses ne se passent toutefois pas comme ils l'auraient espéré et beaucoup se retrouvent bloqués sur le territoire caribéen. 
 

Des Camerounais bloqués à Antigua-et-Barbuda 

Au lendemain  du drame, le mercredi 29 mars, le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, a déclaré qu'il viendrait en aide "à ces frères et soeurs africains qui ont été secourus, notamment en leur accordant la résidence et la possibilité de travailler". Dans un bref discours national, il a ajouté : "Nous comprenons que la majorité des personnes à bord de ce navire puissent être des Africains arrivés ici en tant que touristes mais avec l'intention de migrer vers d'autres pays. Nous respecterons nos obligations internationales contre la traite des êtres humains et la migration illégale en renforçant nos institutions nationales et en améliorant notre coopération avec nos partenaires régionaux et hémisphériques".

Le Premier ministre a également déclaré qu'Antigua-et-Barbuda ne tournerait pas le dos aux plus de 600 migrants africains, bloqués dans le pays, après avoir été amenés dans les Caraïbes en tant que touristes entre novembre 2022 et janvier 2023 par Antigua Airways.

Un enquête ouverte 

Le 29 mars toujours, le procureur de la République de Pointe-à-Pitre a, lui, ouvert une enquête pour "homicides involontaires par manquement délibéré à une obligation de sécurité, blessures involontaires par manquement délibéré à une obligation de sécurité, traite des êtres humains en bande organisée". Cette dernière a été confiée conjointement à la section de recherches de la gendarmerie de Guadeloupe et à la gendarmerie maritime. 
 

L'antenne Martinique du CROSS Antilles-Guyane participe activement depuis mardi aux opérations de recherche conjointement avec les autorités de Saint-Kitts et Nevis. Un navire français est engagé sur zone et mercredi, un avion des garde-côtes néerlandais a effectué un survol de la zone. Il sera relayé dans l'après-midi par un avion des douanes françaises.

Les deux paquebots de croisière détournés dans la journée de mardi pour porter secours aux naufragés ont quant à eux quitté le secteur, a précisé la préfecture de Martinique.