Afrique

Coronavirus au Sénégal : couvre-feu allégé pour tenter de calmer la grogne populaire

Dakar, le 25 avril 2020.
Dakar, le 25 avril 2020.
©AP Photo / Sylvain Cherkaoui

Le gouvernement sénégalais a annoncé jeudi un allègement du couvre-feu nocturne et une reprise des transports entre les villes. Des mesures pour tenter de calmer la colère après deux nuits d'incidents et de protestations contre les mesures destinées à contenir l'épidémie de Covid-19.

Première réponse concrète du gouvernement sénégalais aux protestations des dernières nuits : l'assouplissement du couvre-feu.  De 21H00, il est repoussé à 23H00 et prend fin à 05H00 du matin, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye.

Dans une intervention retransmise sur la télévision publique, ce dernier a aussi annoncé la levée des restrictions de transport sur l'ensemble du territoire national"Les réunions dans les endroits publics ou privés, les restaurants, les salles de sport, les casinos vont bénéficier de ces mêmes mesures d'assouplissement", a-t-il ajouté.

Au Sénégal, la pandémie reste relativement contenue. Les autorités ont déclaré plus de 4.000 cas de contamination, dont 45 décès. La contagion continue cependant à progresser et le pays a repoussé à la dernière minute le retour en classe de près de 500.000 élèves, mardi matin. C'est alors que les incidents se sont succédés.

 

Dakar et plusieurs villes ont été le théâtre de protestations au cours des deux nuits passées. Des Sénégalais sont descendus dans la rue après l'entrée en vigueur du couvre-feu, incendiant des pneus, dressant des barrages et lançant des pierres contre les forces de l'ordre.

Les policiers et les gendarmes ont dispersé les protestataires à coups de gaz lacrymogènes. L'armée, déjà mobilisée préalablement, a apporté son soutien et les réseaux sociaux ont diffusé des images de véhicules militaires dans les rues. 

La contestation a, fait exceptionnel, touché la ville religieuse de Touba, à 200 km à l'est de Dakar. Des véhicules de police et une ambulance y ont été brûlés et le centre de traitement des malades du Covid-19 y aurait été attaqué.

Plus de 200 personnes ont été arrêtées dans le pays, selon le minisère de l'Intérieur.

 
Chargement du lecteur...


Instauré le 23 mars, l'état d'urgence sanitaire a été prolongé jusqu'à fin juin, tous les vols de passagers au départ ou à destination du pays ont été suspendus.

Ces nouvelles mesures d'assouplissements interviennent, un peu plus de trois semaines après la modification de certaines restrictions. Devant la tension grandissante, le président Macky Sall, a donné mercredi en Conseil des ministres le signal que le moment était venu de desserrer à nouveau la vis en évoquant une "stratégie d'assouplissement graduel des mesures restrictives".