Afrique

Coronavirus et cours du pétrole mettent le Nigeria en difficulté

Une plateforme pétrolière de la compagnie britannique Shell en 2011 dans le Delta du Niger.
Une plateforme pétrolière de la compagnie britannique Shell en 2011 dans le Delta du Niger.
© AP Photo/Sunday Alamba, file

Le Nigeria, plus grand producteur de pétrole sur le continent va devoir se serrer la ceinture. Plus de 90% des recettes de l'Etat proviennent de l'or noir. L'effondrement des cours du baril dû à l'épidémie mondiale du coronavirus pourrait bousculer l'économie du pays.

L'heure est à l'austérité à Abuja. Le Nigeria va devoir revoir son budget à la baisse. L'Etat qui dépend à plus de 90% des recettes du pétrole avait construit son budget sur un baril à 57 dollars. Le prix du baril ce lundi 9 mars avoisinait les 35 dollars. Ce n'est sans doute qu'un commencement.

Un pays dépendant à 90% des recettes pétrolières

Le plus grand producteur d'or noir africain devrait voir ses recettes diminuer dans la foulée de la chute des prix du pétrole dans un contexte de crise entre les producteurs majeurs que sont l'Arabie saoudite et la Russie.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a ainsi indiqué lundi que la demande mondiale de pétrole devrait se contracter cette année, pour la première fois depuis 2009, avec une diminution d'environ 90 000 barils par jour (bpj) par rapport à 2019. Certains médias à l'instar de The Guardian, principal quotidien du pays craignent une récession dans le pays.

Le président Muhammadu Buhari a demandé à ses collaborateurs de lui présenter un rapport vec des propositions pour limiter les retombées économiques de la crise du coronavirus, a expliqué la ministre des Finances Zainab Ahmed à la presse au sortir d'une réunion.
 
Le principal quotidien du pats, The Guardian, craint un effondrement de l'économie du pays avec un baril à 20 dollars
Le principal quotidien du pats, The Guardian, craint un effondrement de l'économie du pays avec un baril à 20 dollars
The Guardian

"Il est très clair que nous devrons revoir le prix de référence du pétrole brut que nous avons établi à 57 dollars le baril" pour l'année 2020, a-t-elle déclaré. "La conséquence, c'est qu'il y aura une baisse des revenus dans le budget, ce qui signifiera une réduction de la taille du budget."

Le ministre du Pétrole, Timipre Sylva, a indiqué qu'à court terme, le Nigeria chercherait à booster sa production de pétrole au-dessus des 2 millions de barils par jour actuels pour compenser une partie de la baisse des prix.

Une dette qui explose

Le Nigeria avait déjà du mal à voir sa croissance repartir après avoir traversé en 2016-2017 une récession majeure, causée par les chute des cours mondiaux du brut. Cette nouvelle chute annoncée des recettes pétrolières intervient au moment où le pays connait une grave crise de sa dette.

Ces derniers mois, l'Etat a multiplié les emprunts pour relancer son économie à hauteur de 22 milliards d'Euros, ce qui représente un peu plus de deux tiers de son budget en 2020. Une agence de notation financière, Moody's s'interroge sur la soutenabilité à moyen terme de la dette du pays.

Malgré les promesses faites par Abuja auprés des grandes instances internationales que sont le FMI et la Banque mondiale de diversifier l'économie, le pays le peuplé d'Afrique reste très dépendant de l'or noir.