Afrique

Coronavirus : l'Algérie "surprise" par les nouvelles restrictions de voyage de l'Union européenne

Des citoyen français d'origine algérienne attendent  dans le hall de l'aéroport international Houari Boumediene d'Alger, en Algérie, mercredi 1er juillet 2020.<br />
 
Des citoyen français d'origine algérienne attendent  dans le hall de l'aéroport international Houari Boumediene d'Alger, en Algérie, mercredi 1er juillet 2020.
 
©AP Photo/Anis Belghoul

L'Algérie a fait part ce dimanche 2 août de sa "surprise" après la décision de l'Union européenne de la retirer des pays exemptés de restrictions de voyage, du fait d'une recrudescence de contaminations au nouveau coronavirus.

Le ministère algérien des Affaires étrangères "marque sa surprise devant cette procédure d'autant qu'elle est sans effet pratique, l'Algérie ayant déjà décidé de maintenir ses frontières fermées" pour protéger ses habitants "des cas de Covid-19 importés", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il a assuré que l'Etat avait engagé des "moyens et des efforts colossaux" pour lutter contre la propagation de l'épidémie.

Le Conseil de l'UE a annoncé jeudi le retrait de l'Algérie de la liste des pays exemptés de restrictions aux voyages.

Cette liste européenne est basée "en particulier" sur des critères épidémiologiques et est soumise à une révision tous les quinze jours. Elle précise les pays pour lesquels les restrictions aux frontières extérieures de l'UE "devraient graduellement être levées".
L'Algérie -troisième pays du continent africain le plus touché en termes de décès derrière l'Egypte et l'Afrique du Sud- est confrontée depuis plusieurs semaines à une flambée de foyers de contamination.

Elle a enregistré le 24 juillet un record quotidien d'infections (675 cas). Près de 31.500 contaminations ont été recensées dans le pays depuis le 25 février, dont 1.231 décès.
La recommandation européenne n'est pas contraignante: chaque Etat membre reste responsable des voyageurs qu'il laisse entrer sur son territoire. L'UE tente toutefois de se coordonner pour maintenir la liberté de circulation au sein de l'espace Schengen.