Afrique

Coronavirus : premiers décès en Algérie

Images du personnel de santé algérien à Alger
Images du personnel de santé algérien à Alger
AP/ Anis Belghoul

L'Algérie a enregistré ce jeudi 11 mars ses deux premiers décès dûs au nouveau coronavirus, a annoncé jeudi le ministère algérien de la Santé. Le nombre de cas dépasse les 26.

Le directeur général de la prévention au sein de ce ministère, le docteur Djamel Fourar, a d'abord fait état de la mort d'un hômme âgé de 67 ans qui souffrait d'une cardiopathie.

Ce patient était entré en salle de réanimation car il présentait des symptômes de la grippe saisonnière mais les prélèvements effectués, dont les résultats sont tombés après son décès, ont confirmé qu'il s'agissait d'un cas de coronavirus, a détaillé le docteur Fourar lors d'une conférence de presse retransmise en direct par les télévisions.

L'homme décédé avait un lien de parenté avec la famille dont 17 membres ont été contaminés dans la wilaya (préfecture) de Blida, au sud-ouest d'Alger.

Le ministère de la Santé a rapporté jeudi soir un deuxième décès, celui d'un homme de 55 ans, venu de France, dans la région de Skikda (est du pays). Son épouse est également contaminée mais dans un état stable.

En outre, sept nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés jeudi, ce qui porte à 26 le nombre des cas confirmés sur le territoire algérien selon le ministère. Sur ces 26 cas, le docteur Fourar a affirmé que dix patients avaient été guéris.

Un 27e cas, --le premier enregistré en Algérie-- concerne un ressortissant italien diagnostiqué positif en février, qui a depuis regagné son pays.

Parmi les nouveaux cas annoncés jeudi, figurent deux Algériens ayant séjourné en France. Ils ont été hospitalisés l'un dans la wilaya (préfecture) de Souk-Ahras (est du pays) et l'autre dans la wilaya de Tizi-Ouzou, à l'est d'Alger.

Trois autres personnes sont soignées dans un hôpital de la wilaya de Blida, selon le ministère de la Santé. Dix-sept membres d'une même famille de Blida ont déjà été contaminés, en lien avec des cas confirmés chez des ressortissants algériens en France.

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a évoqué également une «décision» du président de la République d’interdire tout rassemblement, sportif, culturel ou politique, y compris donc les marches du hirak, et ce, pour cause de coronavirus.

Afin de réduire les risques, le ministère de la Santé "conseille aux citoyens algériens devant se rendre dans les pays où l'épidémie est active, de différer leur voyage, et aux ressortissants algériens établis dans les pays où l'épidémie est active d'ajourner également leur visite familiale sauf en cas de nécessité absolue".