Afrique

Côte d'Ivoire : l'exil malgré la croissance économique

Chargement du lecteur...

C'est un pays qui connaît l'une des plus importantes croissances en Afrique, presque 8% par an. Pourtant des milliers de jeunes gens quittent ce pays, déçus, désespérés par le chômage.

dans

Avec ces quelques larmes, Mme Sanogo illustre toute la tragédie de la pauvreté en Cote d'Ivoire. Son fils a tenté le grand départ vers l'Europe.

"Je suis sans nouvelle de mon fils depuis 3 ans, notre dernière conversation téléphonique remonte à septembre 2015, lorsqu'il embarquait sur un bateau en Libye."

Son fils ressemblaient à ces jeunes de Daloa, une des grandes cités du centre du pays. Eux sont transporteurs, des conducteurs de bus, souvent le seul emploi qu'ils ont pu trouvé. Beaucoup sont prêts à partir à l'eau, comme dit Marcel : traverser la Méditerranée.

"Il n'y rien ici il n'y plus de travail, les scieries sont fermés il n'y a plus de bois. Il n'y a plus de sociétés à Daloa. Pour rouler en taxi, on en demande pas de papiers, mais c'est pas facile, on ne gagne rien, rien ne marche. Donc c'est pour ça que moi je vais partir sur l'eau."

Dans certains quartiers, Daloa meurt à petits feux. L'espoir n'existe plus, sauf celui de partir. Certains tentent de montrer le danger d'un départ, par la parole ou des campagnes de publicité... Mais il comprennent bien les besoins d'ailleurs.

Chérif Aziz Haïdara est le responsable de la jeunesse communale de Daloa : "quand tu regardes à Daloa ici, il n’y a pas des grandes infrastructures économiques; c’est important parce que  les jeunes à un moment donné n'y croient plus. Ils se disent : je vais à l’école, j’étudie, je passe mes concours et j’ai le diplôme mais l’aboutissement de ça c’est le travail mais quand il n’a pas un centre où il va travailler, il n’a pas d’espoir."

Abidjan, nous dit-il, concentre tous les business, toutes les richesses. Et il n'y a aucun investisseur à Daloa. En Côte d'Ivoire, la croissance exponentielle ne concerne pas tout le monde.  Et la gare routière de Daloa est devenu les principaux points de départs pour l'exil.